Manifestations

Les voix de Hong Kong

Daria Marchenko

Une série de manifestations pro-démocratie transforme le paysage de Hong Kong depuis fin septembre. Les rues sont bloquées par les barricades, les bureaux du gouvernement assiégés jour et nuit par le mouvement Occupy Central : une réponse du peuple de Hong Kong au projet du gouvernement chinois de restreindre le suffrage universel aux élections du futur chef de l’exécutif en 2017. Parmi les manifestants les plus actifs se trouvent étudiants et écoliers, qui ajoutent une dimension sociale aux débats politiques. Quel sera le futur de Hong Kong? En quoi les valeurs de la nouvelle génération s’opposent-elles au savoir-vivre de leurs parents? Témoignages de Hongkongais et d’Hongkongaises à travers ce photoreportage de Daria Marchenko, qui a posé la question : « Que pensez-vous des événements de Hong Kong? »

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Clara, 22 ans, étudiante en droit, Hong Kong

Ce qui se passe à Hong Kong en ce moment est incroyable. Jamais je n’aurais cru qu’autant de personnes sortiraient dans les rues pour protester. En même temps que mes amis étudiants, les jeunes, se battent pour leurs droits, d’autres personnes, aussi étudiants, ou parents, issus de la classe moyenne, pensent que ce qui se passe est illégal, et que la cause, aussi bonne soit-elle, ne justifie pas de manifester. Ce que la police fait subir aux manifestants est également très controversé. C’est fascinant que Hong Kong se transforme sous nos yeux en une ville que personne ne croyait connaître auparavant.

{ image 78 full }

Michael, 41 ans, consultant financier, Hong Kong

La raison pour laquelle les gens manifestent est bonne, mais leur méthode est mauvaise. Ils sont en train de détruire toute la société. La plupart des gens qui habitent ou travaillent dans les zones paralysées par Occupy Central sont fâchés contre les manifestants, car leurs actions perturbent la vie quotidienne. Ces manifestants sont comme des enfants; ils manquent de maturité en demandant au gouvernement chinois ce qu’ils ne pourront jamais obtenir. Je crois que la police est à la hauteur de ce qu’elle devrait être, mais essayer de maintenir la paix n’est pas facile. Ces manifestants nuisent à l’image de Hong Kong.

{ image 79 full }

Anita, 46 ans, ancienne enseignante au secondaire, Hong Kong

On se bat pour la démocratie. On exige de vraies élections; on en a besoin. Les manifestations à Mong Kok et sur l’île continuent, et l’attaque au gaz lacrymogène, complètement irraisonnable, n’a fait que justifier notre envie de nous battre. Nous ne nous attendons pas à grand-chose, mais on doit se battre pour nos droits!

{ image 80 full }

Andy, 30 ans, garde du corps, Hong Kong

Je suis ici pour a démocratie, pour Hong Kong, pour les générations futures. À cause des attaques contre les étudiants à Mong Kok, j’ai décidé de venir ici pour les protéger. J’ai l’air d’un guerrier, mais je veux qu’en me regardant, les gens sachent qu’ils peuvent compter sur moi.

{ image 81 full }

Steven, 21 ans, étudiant, Hong Kong

Les gens de Hong Kong n’ont pas de démocratie, alors on est venu ici pour se battre. Le gouvernement fait beaucoup de choses dérangeantes, dont des attaques au gaz lacrymogène. Certains médias à Hong Kong sont également biaisés, ils mentent, et ça me déçoit. Y a-t-il de l’espoir? S’il y a en avait, on ne serait pas ici. Nous sommes ici pour le regagner.

{ image 82 full }

Katlyn, 17 ans, serveuse dans un restaurant, Hong Kong

Je veux la démocratie. Je veux le suffrage universel. Je vois beaucoup de violence contre les étudiants, alors j’ai décidé de venir ici pour me prononcer également. Ma voix compte. Je n’ai pas peur. On va gagner, j’en suis certaine.

{ image 83 full }

Matt, 45 ans, consultant, vit à Hong Kong depuis un an, Royaume-Uni

Ce qui se passe ici est excellent; c’est une démonstration du pouvoir du peuple, de ce qu’il souhaite pour le futur de son pays. La victoire n’est pas pour tout de suite; je pense que le processus sera long et lent, mais c’est très important que les gens se soient prononcés pour la démocratie. Un jour, ils vont y arriver.

{ image 84 full }

Fiona 40 ans, femme au foyer, Hong Kong

J’aime Hong Kong, mais je n’aime pas du tout les manifestations dans la ville. À mon avis, les habitants de Hong Kong et la police ont fait preuve d’une tolérance excessive envers les manifestants. Il est temps d’en finir avec les barricades et le désordre.

{ image 85 full }

Happy, 30 ans, entrepreneur, Hong Kong

Il s’agit des droits fondamentaux de l’homme. Le peuple de Hong Kong a le droit de choisir ses leaders, et le gouvernement central s’y oppose. Il est très important que Occupy Central reste sans violence, avec une manifestation pacifique. Il est difficile de prédire quoi que ce soit quant à la fin du combat, car le prix de la liberté est très élevé de nos jours.

{ image 86 full }

Yuki, 30 ans, gérante d’un café, Hong Kong

Présentement, les gens de Hong Kong n’ont pas de vraie démocratie ni de vraies élections. Il est difficile de prédire le sort d’Occupy Central, car plusieurs personnes ne comprennent pas ce que nous faisons ici. Même ma famille ne comprend pas pourquoi je viens ici après mon travail, pourquoi je dépense de l’argent pour soutenir les manifestants. Ils ne comprennent pas parce qu’ils ne croient qu’en l’argent. Tout est à propos de l’argent dans leur vie, mais pour notre génération, c’est différent. Alors on est ici pour se battre. « We are dreamers, but not the only ones ».

{ image 87 full }

Josephina, 50 ans, professeur d’art, Hong Kong

Je suis ici pour soutenir les étudiants dans leur combat pour la démocratie. Vous pouvez voir mon œuvre ici – rubans jaunes avec écrit « suffrage universel » en caractères chinois, et un tablier qui symbolise que nous sommes chefs dans notre cuisine, et que personne n’a le droit de nous faire manger ce que nous ne souhaitons pas. La question, c’est; quel est le meilleur menu? Née en 1964, j’ai participé, étant étudiante, au mouvement du 4 juin 1989. Les événements d’aujourd’hui me renvoient à cette époque et mon cœur s’en réjouit.

Poursuivez votre lecture...
PODCAST
Fil Rouge - Épisode 1
16 avril 2018
Environnement
La lutte contre le glyphosate s’intensifie au Nouveau-Brunswick
Anne-Marie Provost
16 avril 2018
Élections provinciales 2018
Les défis de Vincent Marissal
Xavier Camus
4 avril 2018