Politique

La vie citoyenne de Jean Charest

Loin des projecteurs, Jean Charest parcourt encore les corridors du pouvoir.
Photo: Martin Sauvageau

Quittant la vie politique pour redevenir simple citoyen, suite à la défaite de son parti en septembre 2012, Jean Charest – âgé d’à peine 54 ans – n’a pas tardé à se trouver un nouvel emploi au cabinet McCarthy Tétrault, à Montréal.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Il y apportait sa riche expérience d’avocat (c’est-à-dire moins de trois ans de pratique, entre 1981 et 1984), et surtout un impressionnant réseau d’influence qu’il a consciencieusement bâti au cours de ses 28 années passées en politique, dont 19 ans à titre de chef de parti.

Savoir se servir de son «influence» fut toujours l’un de ses principaux atouts. Dès 1990, Charest – alors au sein du parti progressiste-conservateur – se démarqua dans une controverse impliquant un juge : le juge Yvan Macerola le dénonça pour avoir exercé de la pression sur lui, au cours d’un entretien téléphonique, en lien avec le dossier de l’entraîneur Marc Saint-Hilaire.

Embarrassé par les accusations publiques du juge, il dut démissionner de son poste de ministre, mais fut prestement réintégré au cabinet de Brian Mulroney quelque temps plus tard.

Après une longue et fructueuse carrière à la tête du Parti libéral du Québec, qui lui valu le surnom de «suspect numéro un» dans la foulée de la Commission Charbonneau, il brille désormais loin des projecteurs, mais tout près d’où les fortunes transitent.

Ardent promoteur de l’AECG

Et hélas, il ne chôme pas. En plus de nous avoir légué le Plan Nord et autres merveilles, Charest travaille activement à la promotion d’un traité de libre-échange néolibéral entre le Canada et l’Union européenne. Cet «accord économique et commercial global» (AECG), qui, encore une fois, ne profitera qu’à une minorité de grands intérêts privés, est fortement contesté par des centaines d’organismes citoyens.

En plus de nous avoir légué le Plan Nord et autres merveilles, Charest travaille activement à la promotion d’un traité de libre-échange néolibéral entre le Canada et l’Union européenne.

Ainsi, tout en se terrant dans l’ombre, l’ex-père spirituel des «carrés verts» continue subrepticement d’être un incontournable leader de l’élite canadienne.

D’après l’éditorialiste Pierre Dubuc, Charest se fit donc, à compter de 2007, «le porte-parole officieux des lobbys d’affaires canadiens qui rêvaient depuis des années d’un grand marché transatlantique déréglementé», ce que promet de réaliser l’AECG («CETA» en anglais).

Dans l’esprit des grands «partenariats économiques» modernes, on ouvre la porte à «l’instauration d’une justice privée au-dessus des tribunaux nationaux. L’Accord comprend, comme c’est le cas depuis l’ALENA, la création d’un tribunal supra-étatique», chapeauté par des experts privés, par le biais duquel «les investisseurs étrangers pourront poursuivre les gouvernements pour abus de règlementations contraires à leurs intérêts».

Se targuant d’être à l’origine de l’accord, Charest sort sporadiquement dans les médias pour plaider en faveur de sa créature, surtout lorsqu’elle se voit la cible de pétitions, de collectifs contestataires et d’organisations altermondialistes tel ATTAC. La grogne citoyenne prend de l’ampleur en Europe, notamment depuis les révélations de WikiLeaks sur la propriété intellectuelle (mises en ligne en décembre 2009).

L’AECG fut donc paraphé en octobre 2013, puis modifié en 2014, sans réel débat démocratique.

On s’attendait à ce que l’entente finale soit avalisée par le Conseil de l’UE et par le Parlement européen en 2016, mais le Brexit risque fortement de faire dérailler le processus, au grand dam de son frisé supporter. Il nous lança alors ce vibrant cri du cœur :

«Il faut que le Canada, incluant le Québec, redouble d’ardeur et mobilise sa société civile» pour faire ratifier l’AECG. «C’est le temps d’y mettre le paquet!», insista-t-il.

Il faut admettre que M. Charest fut toujours un maître dans l’art de pousser les Québécois-se à se mobiliser, mais peut-être pas exactement du bord qu’il voudrait…

Ardent promoteur de l’extractivisme

Entre-temps, Me Charest pratique le droit chez McCarthy Tétrault, en courtisant de gros clients œuvrant dans le domaine des ressources naturelles : secteurs minier, pétrolier, gazier.

Champion de l’extractivisme, on le voit ainsi faire «beaucoup d’allers-retours en Asie où il parle nécessairement du Plan Nord et de développement minier»

Champion de l’extractivisme, on le voit ainsi faire «beaucoup d’allers-retours en Asie où il parle nécessairement du Plan Nord et de développement minier». Il y côtoie de riches investisseurs, à l’instar de Deng Qilin, aux côtés duquel il s’est déjà fait prendre en photo (en 2011). Ce dernier était président d’une société d’État chinoise qui a investi 100 millions $ dans des projets miniers au Québec.

Le hic, c’est que Deng Qilin, appelé «la vedette chinoise du Plan Nord», fait dorénavant face à des accusations criminelles dans son pays d’origine pour corruption et entrave à la justice, entre autres méfaits. Il fut démis de ses fonctions et chassé du Parti communiste.

Mais bon, Me Charest court les cocktails et banquets, à droite et à gauche, y rencontrant toutes sortes de gens bien plus fréquentables. En 2014, on le vit par exemple dans un souper privé organisé par TransCanada, accompagné d’acteurs importants du milieu économique et politique québécois (le ministre Pierre Arcand, Michael Sabia, le maire Denis Coderre, etc.).

À cette époque, on ne savait pas encore qu’il avait pour client TransCanada, agissant en qualité de «conseiller stratégique en communication». Quand on le voyait louanger les pipelines au cours de dîners d’affaires, était-ce du lobbying sans être inscrit au registre des lobbyistes? Tout ce qu’on sait, c’est que leur entente a perduré jusqu’au 30 septembre 2015.

L’affaire Charest-ONE

Récemment, le National Observer nous apprenait que le célébrissime avocat avait rencontré des membres influents de l’Office national de l’Énergie (ONE) dans ses propres bureaux de McCarthy Tétrault, alors même qu’il remplissait son mandat de conseiller pour le compte de TransCanada.

C’est le monde à l’envers : un peu comme si nos élus se déplaçaient directement chez les lobbyistes pour leur faire des «représentations» afin de promouvoir les intérêts de leurs employeurs…

C’est le monde à l’envers : un peu comme si nos élus se déplaçaient directement chez les lobbyistes pour leur faire des «représentations» afin de promouvoir les intérêts de leurs employeurs…

Des discussions sur le projet Énergie Est figuraient bel et bien à l’ordre du jour, mais comme Me Charest n’était pas inscrit au registre des lobbyistes, il n’a pas cru bon d’en informer ses invités.

Après tout, il ne s’agit que d’un projet de 15 milliards $ où se joue l’avenir des sables bitumineux et certains risques environnementaux inouïs. Les commissaires de l’ONE peuvent bien consulter qui bon leur semble…

D’ailleurs, ils ont eux-mêmes sollicité ce meeting : pourquoi? Me Charest n’est plus un élu, et tout le monde sait qu’il est favorable aux industries extractivistes – ses nouveaux clients d’affaires sont principalement liés à ce domaine –, étant le père du Plan Nord et ayant jadis défendu publiquement le projet Keystone XL, par exemple.

Qui plus est, l’Office national de l’énergie possède les pouvoirs d’une cour fédérale, il ne lui est pas permis de discuter d’affaires concernant des causes qui sont à l’étude. Ceci explique peut-être pourquoi l’ONÉ avait, dans un premier temps, argué publiquement ne pas avoir abordé la thématique Énergie Est. Or, cette information s’avéra erronée.

Les soupçons de partialité de la part de l’ONE vont croissants. Plus d’une trentaine d’organisations environnementales ont réclamé une enquête indépendante sur l’ONE, dans une missive adressée au ministre Jim Carr.

Les soupçons de partialité de la part de l’ONE vont croissants. Plus d’une trentaine d’organisations environnementales ont réclamé une enquête indépendante sur l’ONE, dans une missive adressée au ministre Jim Carr.

Deux organisations ont aussi envoyé des «requêtes en récusation» afin que les commissaires concernés soient écartés du processus décisionnel.

Puis il y a le maire Coderre qui a exigé le report des audiences de l’ONE, qui devaient se dérouler à la fin d’août, à Montréal. Il s’est dit «mal à l’aise» face aux apparences de partialité : «est-ce que ces gens-là sont aptes à être des commissaires?». Il quitta d’ailleurs la salle à la première journée des audiences, marquée par des manifestations, provoquant la suspension de la consultation publique jusqu’à nouvel ordre.

Ajoutons, au passage, que l’histoire ne dit pas si la fameuse rencontre chez McCarthy Tétrault a eu lieu spécifiquement dans ces bureaux de Me Charest, payés par l’État québécois au coût 9 030 $ par mois : «Jean Charest aurait dépensé 185 000 $ par année en 2013-2014 ainsi qu’en 2014-2015», pour la location d’une suite d’affaires se trouvant dans le même édifice que la firme McCarthy Tétrault. Il a jugé bon de refiler la facture aux contribuables en se prévalant de son droit à des privilèges pécuniaires, pour 3 ans, en tant qu’ancien premier ministre : jamais un ex-premier ministre du Québec n’avait été aussi gourmand…

Pour clôturer ce bref tour d’horizon, rappelons qu’en début d’année, le hardi associé s’empêtra dans une autre controverse. Il passa un coup de fil au secrétaire principal de Justin Trudeau, Gerald Butts, afin de manigancer une rencontre entre le premier ministre et TransCanada. De quoi se mêle-t-il encore une fois, lui qui n’est pas lobbyiste? La ligne de démarcation entre «avocat d’affaires» et «lobbyiste» semble fort ténue.

Notre portrait de la vie du citoyen Jean Charest, post-2012, ne peut rendre qu’un vague aperçu de tout ce qu’il a pu tramer depuis son divorce de la politique. Au final, que ce soit avant ou après septembre 2012, l’on pourra dire qu’il a toujours admirablement bien servi le 1 %...

Poursuivez votre lecture...
Psychologie
Comment le concept d’aliénation parentale protège-t-il les droits des pères violents
Céline Hequet
17 mai 2018
Évènement
À quoi sert l’innovation sociale ?
17 mai 2018