Radio Z: l'envers du jambon

Épisode 2: Le contexte

Durruti Ascaso

Musique: Keny Arkana « La rage du peuple ».

«La rage car ce monde voit rouge mais de grisaille entouré Parce qu'ils n'entendent jamais les cris lorsque le sang coule La rage car c'est le pire que nous frôlons, La rage car l'Occident n'a toujours pas ôté sa tenue de colons !»

Fade out progressif. Chuck D râcle sa grosse voix radiophonique et entame son intro.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

«De retour au 19.36 FM, ici Chuck D. Red qui vous parle live de nos studios de Montréal pour la deuxième partie de votre émission d’actualité «On en jase en criss». Je suis en compagnie de mon ami Che Tremblay. Pis là là, qu’on se comprenne bien, j’aimerais ça mettre quelque chose au clair. Y’a des petits comiques qui se sont irradié le cerveau en lisant Le Journal de Montréal qui nous accusent d’être des «démagogues». Faut croire que ça tache pas juste les doigts, la propagande capitaliste, ça tache aussi les cervelets. T’as-tu vu ça mon Che, les courriels qu’on a reçus?

― Ben oui j’ai vu ça, mon Chuck, ce serait difficile des manquer, on en a reçu combien des courriels de même depuis qu’on a commencé notre show? Des centaines? Voire des dizaines de centaines? On dirait qu’on a pu le droit de rien dire qui sort de l’idéologie néolibérale au Québec sans s’faire coller l’étiquette de «démagogue». Yo, le réac! T’es-tu au moins donné la peine de regarder dans l’dictionnaire qu’est-c’est que ça veut dire, «démagogue»? Parce que j’ai des petites nouvelles pour toé : y a des bonnes chances que ce soit la personne qui t’as mis c’te mot là dans tête qui soit démagogique.

― Exactement, c’est pas compliqué. C’pas parce que tu utilises un mot de quatre syllabes qu’on va te donner un prix Nobel de littérature, hein? Y nous disent toute la même affaire : vous exagérez, vous êtes démagogues, vous êtes méprisants… Limite, c’est correct, je veux dire, c’est normal d’être critiqué des fois. On est ouvert au dialogue, t’sais, on est bons joueurs. Mais là où je décroche, moi, c’est quand y disent qu’on est haineux.

Chuck étire langoureusement le «ai» de «haineux» dans le micro qui tremble sous l’émotion.

― Nous autres, haineux, interroge Che, perplexe?

― Ben oui, toi, haineux.

― Haineux. Comme dans «haine», là?

Che part à la recherche de l’étymologie du mot «haine». Sur Wikipédia.

― Exactement. Y prennent tous nos propos hors du contexte pour leur faire dire ce qu’on a pas dit. Imagines toé! C’est ça la pensée unique, mon Che. Dès que tu penses en dehors des idées pré-mâchées de la clique du village de Quebecor, on t’envoie des courriels de haine pour te dire que t’es «haineux». T’en veux-tu de l’uniforme? En v’là, pis en prime t’as de l’homogène, du pareil pis du même. Si on mettait le pouvoir entre les mains d’un troll de droite, ce serait pas long que Pinochet aurait l’air aussi inoffensif qu’une image de chaton avec une citation de croissance personnelle sur Google+. Pis là, chu pas en train de dire que chacun a pas droit à son opinion, là, DON’T GET ME WRONG, c’t’une liberté fondamentale ça, la libre opinion. C’est comme la liberté d’expression ou la liberté de penser… Pis c’qui a de bien avec la liberté d’opinion, de penser pis d’expression, c’est que t’es même libre de PAS avoir d’opinion, de RIEN penser pis d’FARMER ta yeule si tu veux. Mais faut croire qu’à la clique du village, y règne une loi fondamentale qui fait que les réflexions sont inversement proportionnelles au nombre d’opinions émises. C’qui fait que ça se gêne pas pour prendre tout ce qu’on dit hors de son contexte, même si c’est la base, le contexte.

― La base, mon chum, la grosse base. Tsé, nous, on demande pas grand-chose au fond, juste un tout petit peu de rigueur… c’est tout. La critique, c’est constructif, ça fait réfléchir, on aime ça, mais la pensée, c’est comme la diction : sans articulation, on comprend rien pantoute. Pis force est d’admettre qui en a qui sonnent comme des toilettes bouchées.

― Je te donne un exemple. Juste pour te montrer jusqu’où ça va trop loin. Tsé quand on a dit qu’on devrait brûler les banques de Montréal l’autre jour? On parlait des Panama Papers pis paraît que j’ai dit ça. Bon, ça s’peut, tsé, dans le feu de la discussion — sans mauvais jeu de mots —, que j’aie dit ça. OK. OK. Ben y’a du monde qui ont trouvé ça «violent», toé! Hey, brûler une banque, c’est rendu que c’est violent à c’t’heure! Non mais faut tu être totalement déconnecté de la réalité pour dire des affaires de même? Encore une fois, le contexte.

― Le CON «écoute-comme-du-monde» TEXTE.

[Ding, Ding, La clochette de l’autocritique… Voix off : Bien que l’on comprenne que le mot, dans son intégrité est «contexte», sa coupure insistant sur «con» réfère à une insulte dirigée en l’endroit des droitistes. Rappelons que «con» désigne à l’origine l’appareil génital féminin et qu’il est tout à fait sexiste de penser que ça puisse constituer une insulte. Cette capsule vous est présentée par l’Association pour l’accès universel à la coupe menstruelle de Sainte-Hyacinthe.]

― Bon, disons que les cons sont caves d’abord. Reprend Chuck en balayant le vide du revers de la main. On a jamais dit qui fallait brûler le MONDE qui travaille dans la banque, encore moins les clients, on a dit qui fallait brûler LA banque. Veux-tu ben me dire ce qu’il y a de violent là-dedans, mon Che? Vas-tu me dire que chaque fois que tu fais brûler deux trois bûches dans le foyer ou chaque fois que t’allumes ta cigarette, t’es violent? Pis la fois où j’ai reçu un coup de matraque par en arrière de la tête, j’imagine que c’est ma tête qui a agressée le bâton de la police, tant qu’à tant faire?

― Ça, là, c’est le même monde qui vont finir par exiger une charte des droits et libertés des objets inanimés à force de baver sur la propriété privée. C’est là qu’on s’en va! Si je me souviens bien, t’as aussi dit qui fallait s’assurer que le monde était pas dedans avant de flamber la patente. Ben, je t’apprendrai rien là mon Chuck, mais y’a encore plein de monde qui font pas la différence entre violence et résistance. J’veux dire, ouvres toé les yeux, l’troll : bien évidemment que les chaînes de l’oppression, ça se brise pas en léchant pacifiquement une sucette pis en faisant des vœux pieux à l’univers. La liberté, ça s’prend mon Chuck, pis ça s’prend pas en flattant des pouliches magiques. Quand un système nous fait violence, la résistance qu’on y oppose est juste. Pis quand on se bat contre des zombies, faut viser la tête. Sinon y reviennent tout le temps.

― C’est ça, pis quand y sortent nos paroles de leur contexte pour nous cracher dessus, moé, j’ai juste une chose à répondre à ça : les fascistes à Mussolini faisaient EXACTEMENT la même affaire. Moé, ça me fait peur. Faut croire qu’on est rendu-là. Mais ça me fait peur pareille.

*Les deux animateurs font une pause pour secouer de la tête. *

― Toute ça pour une banque. Che soupire longuement. C’est ça le pire. À c’t’heure, le monde fétichise tellement l’argent qui trouvent ça plus correct de s’faire voler par une banque que de brûler SYMBOLIQUEMENT une banque.

Sur ces majuscules bien placées, Chuck s’emporte :

― Oui, demandons-le nous... le. C’est quoi exactement le problème? À l’avait tu une famille c’te banque-là? Elle a ressenti de la douleur quand on a brisé ses vitres? À mange du mou avec une paille pis à s’fait torcher l’cul une fois par mois par mesure d’austérité, elle là? Elle a des troubles respiratoires à cause de la boucane? Elle consulte depuis qu’elle a été diagnostiquée en trouble de stress post traumatique causé par une action directe? Tabarnac!!! C’est une banque, gang! Elle ressent rien, elle pleure pas, elle se blesse pas pis a l’a pas besoin qu'on lui fasse becquer bobo. Le monde, par exemple, le monde y pleure, le monde y ressent de la douleur pis y est blessé à cause des banques. Mais faut croire que ça c’est pas violent. Nooooon : ça, c’est la liberté mon chum! On vit dans un pays où la liberté d’exploiter, d’exproprier, de saisir les biens sont plus importantes que la liberté de vivre tout court. Parce qui pensent, eux autres là, selon le petit idéal bourgeois que tout le monde il est égal dans l’accès à la propriété… Ben j’ai des petites nouvelles pour eux autres : non, tout le monde il est pas égal. Le capitalisme creuse les inégalités. Pour un millionnaire assis sur son bidet en or, t’as 100 000 pauvres d’assis dans marde. Pis c’est les mêmes naïfs qui chialent parce qu’on a dit qui fallait s’armer pour se battre contre les bœufs.

[Ding, Ding, La clochette de l’autocritique. Notons que la comparaison entre les boeufs et les policiers ne saurait ne pas témoigner du caractère spéciste qui nous amène à réserver un traitement d’infériorisation à l’égard des animaux servant à la production de la viande, et ce, avec le même dédain que des êtres considérés comme une sous-catégorie d’humains. Cette capsule vous est présentée par le Regroupement des véganes nudistes de la Pointe-de-l’île.]

― Ouf... Les droits du steak haché asteure… OK. Mais pour revenir à notre programme principal, reprend un Che visiblement déstabilisé, même ma blonde m’en a parlé, de ça, de l’armement défensif contre le bras armé de l’État. Tsé, comme tu le sais, elle a un p’tit côté Laure Waridel… un p’tit côté matante.

[Ding, Ding… La clochette de l’autocritique… L’utilisation de l’expression «matante» au sens péjoratif de «dépassée», «vieux-jeu», «kitsch» ou «quétaine» est sexiste dans le mesure où elle attribue un genre — féminin — à quelque chose de neutre, a priori, — le mauvais goût. Cette capsule vous est présentée par les friperies Renaissance.]

― Ah là, la clochette a raison. Moé, j’ai une vieille matante qui tirait du douze sué spotters de l’armée pendant la crise de la conscription.

― Ouin, mais là. Elle a l’piton stalé, notre clochette, pour moi, y vont finir par lui donner son show. Bref. Encore une fois, Che : le contexte.

― Le fucking contexte, Chuck. C’est ça que j’y ai dit à ma blonde. Mais tsé, là-dessus comme sur d’autres choses, des fois, les réfos pis les drettistes : même combat, hein!?

― Un peu de nuance, c’est tout ce qu’on demande. En tout cas, au retour de la pause musicale, on parle de Gtéphane Sendron, notre courageux tueur de chaton préféré, qui a dit que le français était une langue de pauvre.

― C’est sûr que si Gtéphane prend la mesure du PIB du français sur son usage de la langue, le français est économiquement voisin de l’Éthiopie. «Fuck you!», c’est tu français ça, mon Gtéphane?

― Ça fait pleurer Bénise Dombardier, mais oui, c’est fucking français mon chum. Pis on parle aussi de notre grand dindon nerveux nationaliste, Bathieu Cock-Moté, qui enfile pour nous son G-String pour dénoncer le burkini.

Hard Core. Je sens que notre boîte courriel va déborder de remerciements pour l’image mentale indécollable.

― On va aussi parler d’une bonne nouvelle, pour une fois : les IWW qui ont réussi à syndiquer un Frite Alors!, un exploit dans le contexte. Pis on finit ça avec la ligne ouverte, parce qu’on veut vous entendre à propos de ces sujets-là. En attendant, tu nous fais écouter quoi, mon Che?

― Je voulais vous faire écouter la version de «Tête de cochon» faite par «Boulimik Foofight», mais elle est pas sur Youtube.

Youtube, c’est le QG de la droite organisée des Internets, tout le monde sait ça, t’as juste à jeter un coup d’oeil dans les sections de commentaires. C’t’une joke, fais pas ça, tu vas perdre ta foi en l’humanité.

― Faque je vous fais entendre la version originale, de mononcle Plume.

― Plume! Oui, monsieur! On part ça.

[La chanson Tête de cochon part, mais Chuck D Red a oublié de nous dire quelque chose…]

― Ah shit! Arrête la toune deux secondes.

― Le piton stop est pété, tu l’sais, Spikee l’a pris pour se faire une pipe à hash.

― Tab… Chuck D parle très fort pour qu’on l’entende, car Plume ne donne pas sa place:[«Pourquoi c’tu veux que j’pense comme toé…»] Oubliez-pas de nous appeler au 418- 670-9098 pour qu’on puisse prendre vos appels! Pis visitez notre site web pour les détails du concours de graffitis anticapitalistes. Le plus beau graffiti gagne un t-shirt de Radio Z, un calendrier des zapatistes, une paire de billets pour l’Impact, section supporteurs antifacistes Ultra, pis une cagoule fabriquée dans la bande de Gaza. À tantôt, gang!

[La chanson est terminée, mais au loin on entend Che Tremblay].

― Penses-tu qu’est faite en poils de colon, la cagoule?

[Ding, ding…]

Durruti Ascaso

Les deux coanimateurs, à l’unisson: «Ah tabarnac!»…

Poursuivez votre lecture...
PODCAST
Fil Rouge - Épisode 1
16 avril 2018
Environnement
La lutte contre le glyphosate s’intensifie au Nouveau-Brunswick
Anne-Marie Provost
16 avril 2018
Élections provinciales 2018
Les défis de Vincent Marissal
Xavier Camus
4 avril 2018