Écoute policière

République de blé d’Inde

Photo: Matt Popovich

«Le journalisme clandestin est honorable parce qu’il est une preuve d’indépendance, parce qu’il comporte un risque. Il est bon, il est sain que tout ce qui touche à l’actualité politique soit devenu périlleux. S’il est une chose que nous ne souhaitons pas revoir, c’est l’impunité derrière laquelle se sont abritées tant de lâchetés, tant de combinaisons néfastes.»

Albert Camus, Combat, juillet 1944 .

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Répression d’un mouvement de résistance citoyen, surveillance et perquisition de médias et de journalistes... Les évènements des deux dernières semaines ne font que creuser davantage le fossé qui sépare l’apparence de démocratie et le triste constat que le plusse meilleur pays au monde n’est ni plus ni moins qu’une république de blé d’Inde, un mirage démocratique qui dissimule une oligarchie bien servie par des institutions se disant au service du peuple.

Ce à quoi nous assistons, c’est une manifestation plus ou moins soft de ce monopole qu’exerce l’État quant à l’emploi de la violence sur son territoire – un monopole de la violence de moins en moins légitime, par ailleurs.

Ce à quoi nous assistons, c’est une manifestation plus ou moins soft de ce monopole qu’exerce l’État quant à l’emploi de la violence sur son territoire – un monopole de la violence de moins en moins légitime, par ailleurs.

Nul besoin de posséder un sens aiguisé d’analyse politique pour constater le triste état de la sécurité publique au pays. Il suffisait, il y a quelques jours, de se tourner vers Muskrat Falls au Labrador, où des citoyens canadiens membres des Premières Nations se sont regroupés pour bloquer un projet de barrage qui empiétait sur leurs terres – la version made in Canada de cette infecte rediffusion des pires épisodes de l’histoire coloniale américaine qui se déroule simultanément au Dakota du Nord. Notre bonne police montée, symbole national qui se réincarne dans sa forme la plus détestable, s’est déployée afin de protéger les droits fondamentaux… de la compagnie qui possédait les droits d’exploitation du territoire. Dans la hiérarchie législative, les permis d’exploitation des ressources naturelles par des entreprises privées garderont priorité sur les droits à l’autodétermination des peuples, ainsi en a décidé le sacrosaint marché devant lequel nos gouvernements ont choisi de se prosterner. Libéraux ou conservateurs, nos décideurs semblent avoir retenu la leçon enseignée par l’économiste Filip Palda, fervent disciple de l’École de Chicago, selon qui la liberté, «c’est de pouvoir choisir ses maîtres». Ainsi se sont exprimées les matraques de la police, dirigées contre un peuple qui protégeait ses avoirs jusqu’à un accord négocié qui ne serait jamais venu sans ces manifestations, au cours desquelles on a jugé bon de lancer un mandat d’arrestation contre un journaliste, Justin Brake, à l’instar de la vile et vaine campagne menée au sud de la frontière contre Amy Goodman, journaliste pour le podcast «Democracy Now!».

Comment convaincre le public canadien que l’institution policière ne protège pas d’abord les possédants et les nantis de pouvoir?

Le Québec n’y échappe pas, avec la récente chasse aux sources menées par la Sûreté du Québec et le Service de police de la Ville de Montréal, qui ont placé des journalistes sous écoute et mené une perquisition dans un quotidien montréalais. Le chroniqueur Patrick Lagacé, particulièrement visé par ces mesures, a souvent écrit à propos du caractère politique du travail de la police provinciale, qui semble plus encline à protéger le pouvoir que les citoyens qui défraient le salaire de ses agents avec l’impression qu’ils travaillent pour «protéger et servir».

Mais protéger et servir qui et quoi, au juste?

Là se trouve la fissure dans le contrat social qui garantit à l’État le monopole de l’utilisation de la violence.

Là se trouve la fissure dans le contrat social qui garantit à l’État le monopole de l’utilisation de la violence.

Le droit au recours à des sources anonymes et protégées est garanti par la Cour Suprême du Canada – pour qui les chefs de police et les juges qui autorisent se prennent-ils? Qu’en est-il, comme le souligne ma collègue Gabrielle Brassard-Lecours dans ces pages, des journalistes indépendants qui ne bénéficient pas de toute la protection légale offerte aux artisans des grands médias?

On constate – ce n’est pas nouveau – que la police possède son propre agenda et que l’appareil législatif continue quand même de lui donner des moyens de moins en moins limités. Devant ce constat, les journalistes - dont le devoir est, en principe, d’assurer l’impunité des puissants – ne peuvent que se tourner vers des moyens de garantir qu’ils pourront accomplir leur travail, incluant cette «clandestinité» dont parlait Camus et qui s’incarne aujourd’hui dans l’emploi de moyens technologiques qui les placent à l’abri des regards indiscrets d’officiels qui abusent d’un pouvoir institutionnel qui devrait idéalement être plus facilement révocable.

On constate – ce n’est pas nouveau – que la police possède son propre agenda et que l’appareil législatif continue quand même de lui donner des moyens de moins en moins limités.

«Il n’y a pas deux politiques, il n’en est qu’une et c’est celle qui engage, c’est la politique de l’honneur», écrivait encore Camus dans le mythique journal clandestin qu’il dirigeait en août 1944. Mais dans une société où un cardigan laineux sur les épaules d’une talentueuse musicienne, au milieu des paillettes bon marché d’un gala qui l’est tout autant, arrive à distraire suffisamment à travers des médias complices, le déshonneur garde le champ libre.

Poursuivez votre lecture...
Enquête exclusive
Youri Chassin, la CAQ et le lobby du pétrole (1)
André Noël
18 septembre 2018
Élections provinciales 2018
La santé vue par Ruba Ghazal et Adis Simidzija
20 septembre 2018