Austérité

La plus grande mobilisation sociale depuis le « printemps érable »

Plusieurs dizaines de milliers de manifestant-e-s défilent dans les rues de Montréal
Jérémie Dubé-Lavigne

Des dizaines de milliers de personnes, plusieurs soigneusement costumées, ont répondu à l’appel de la Coalition Main Rouge pour contester les mesures d’austérité du gouvernement Couillard. Plus de 80 000 étudiants étaient en grève pour l'occasion. Il s’agit de la plus grande mobilisation sociale depuis deux ans, en cette journée d’Halloween ensoleillée qui n’était pas sans rappeler un certain printemps.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Un écho du printemps?

« Crions, plus fort, pour que personne ne nous ignore! » ont commencé par scander spontanément les manifestants rue McGill, devant les bureaux du Premier ministre, reprenant un slogan qui avait fait la recette des manifestations de soir du printemps 2012. Selon la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, plus de 50 000 personnes ont pris part à la manifestation, profitant notamment d’une quarantaine d’autobus venant de plusieurs régions du Québec. Pour l’occasion, plus de 82 000 étudiants étaient en grève, selon l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), soit 20 000 de plus que prévu.

« On sent une réelle mobilisation dans les associations étudiantes à l’échelle du Québec, ce n’est pas seulement les membres de l’ASSÉ qui sont en grève. »

De l’avis de Camille Godbout, porte-parole du syndicat étudiant, il s’agit du plus gros débrayage depuis le printemps étudiant de 2012, en plus d’être une des plus grandes manifestations depuis celle du 20 septembre dernier contre la loi 3.« On sent une réelle mobilisation dans les associations étudiantes à l’échelle du Québec, ce n’est pas seulement les membres de l’ASSÉ qui sont en grève. »

En effet, les associations étudiantes du Collège de Rosemont et d’Ahuntsic étaient également en « levée de cours » pour participer à la manifestation, même si elles ne sont pas membres de l’ASSÉ mais plutôt de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

« On trouve ça quand même dommage que la FECQ n’ait pas encouragé publiquement à participer à la manifestation, même si les exécutants nous ont aidé ce matin pour la levée de cours. Mais la FECQ n’avait pas encore pris de position contre les mesures d’austérité, alors je comprends », a expliqué Nicolas Johnston, vice-président de l’Association générale étudiante du Collège d’Ahuntsic, rencontré au cours du trajet.

Des mesures contre les femmes

À plusieurs reprises dans les discours des organisations participantes, la question féministe se trouvait au cœur des préoccupations. Ce souci politique transparait entre autres dans les pratiques de la Coalition. Cinq des sept discours de la manifestation ont été prononcé par des femmes, sans compter que les deux porte-paroles de la Coalition sont des femmes.

Janelle Leblanc, porte-parole de L’R des centres de femmes, un regroupement de centres qui aident les femmes dans le besoin, explique que les politiques d’austérité touchent directement les femmes et « favorise l’augmentation du travail invisible ».

« On voit de plus en plus de femmes chez nous, de plus en plus de détresse, de faim. Les femmes ont beaucoup de difficultés à payer le loyer, l’épicerie et l’électricité », nous a-t-elle témoigné en entrevue avant son discours.

Mais pourquoi les femmes seraient-elles particulièrement affectées? Mme Leblanc prend le temps de s’expliquer. « Les coupures affecteront plus les femmes, parce qu’elles sont plus pauvres que les hommes. Elles occupent 70 % des emplois à temps partiel et plus de 60 % des emplois au salaire minimum. Elles sont aussi plus présentes dans les services de santé et les services sociaux qui subissent actuellement des coupures. Elles vivent plus longtemps que les hommes et sont souvent sans sécurité financière à leur retraite, parce qu’elles ont occupé des emplois moins rémunérés que les hommes et souvent sans avantages sociaux. »

L’argent du « 1% »

La manifestation a pris fin devant le Club sélect 357c, évoqué à de nombreuses reprises lors de la Commission Charbonneau, car fréquenté par des élus soupçonnés de corruption avec le monde des affaires. Ce lieu symbolique a permis à la Coalition de rappeler ses revendications visant une plus grande participation fiscale des plus nantis. « Ce ne sont pas les plus démunis qui dorment dans des îles paradisiaques, mais plutôt l’argent des riches qui dort dans les paradis fiscaux, » a lancé à la foule Roxanne Blanchette, du Mouvement d'éducation populaire et d'action communautaire du Québec (MEPACQ).

En entrevue en cours de parcours, Nadine Lambert, infirmière et vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) soutient que des solutions existent à la crise fiscale :« Il y en a de l’argent au Québec, il faut aller la chercher là où elle est, dans les poches du 1 %. »

« Il y en a de l’argent au Québec, il faut aller la chercher là où elle est, dans les poches du 1 %. »

Manon Massé, nouvelle élue de Québec solidaire rencontrée en queue de manifestation, suggère une analyse de la fermeture du gouvernement libéral aux revendications visant une meilleure redistribution de la richesse : « L’idéologie en arrière, c’est le capitalisme néolibéral dans lequel on est. Quand tu refuses de taxer les institutions financières qui font des milliards – 30 milliards l’année dernière, c’est clair que c'est un choix qui est fait pour le 1 %. »

Rare solidarité

« Aujourd’hui, c’est une coalition plus large, ça va dans le sens de nos revendications contre la loi 3. C’est une manifestation contre l’austérité, contre la tarification. Nous on adhère à ce message-là. »

La manifestation a attiré de nombreux membres des syndicats impliqués dans la Coalition pour la Libre négociation qui lutte contre le projet de réforme des retraites. L’Association des pompiers de Montréal a répondu présent en envoyant un contingent d’une centaine de personnes. Pour son président, Ronald Martin, toutes les oppositions populaires au gouvernement Couillard vont dans le même sens : « Aujourd’hui, c’est une coalition plus large, ça va dans le sens de nos revendications contre la loi 3. C’est une manifestation contre l’austérité, contre la tarification. Nous on adhère à ce message-là. »

Malgré la non-divulgation du trajet, la police n’a jamais émis d’avis de dispersion et s’est montrée relativement discrète. Des milliers de la manifestation ont même poursuivi leur marche bien au-delà du point d’arrivée prévu par les organisateurs. Le 30 octobre dernier, Yves Francoeur aurait déclaré sur les ondes de Radio 9 qu’il est « difficile de dire aux gens de respecter les règlements et les lois en vigueur quand le gouvernement lui-même ne les respecte pas », en référence au projet de loi 3 contre les régimes de retraite.

Pour Mme Godbout, il s’agit d’une déclaration plutôt « inusitée ». « Ça démontre que les mesures d’austérité touche tout le monde et qu’il y un réel écoeurement contre le gouvernement. »

Prochain rendez-vous de la lutte contre l’austérité, le 29 novembre prochain dans les rues de Montréal et Québec.

Poursuivez votre lecture...
Crise des Rohingyas
Rohingyas en fuite au Bangladesh : réfugiés ou migrants ?
Maïka Sondarjee
20 novembre 2017