Racisme

«Nous ne sommes pas des poissons» : 50 personnes répliquent à Christian Rioux

Photo: Johnny Chen

L’histoire se répète dans les médias. Il y a un an, Louis Morissette, après avoir été «obligé» d’embaucher un Noir pour ne pas avoir à perpétuer la pratique raciste du blackface au Bye-Bye, comparait les personnes qui promeuvent la diversité ethnique dans les médias à des moustiques. Petites bêtes tannantes, qui piquent mais qu’on a tôt fait d’écrabouiller. Aujourd’hui, c’est au tour de Christian Rioux, dans les pages du Devoir, de s’en prendre aux personnes racisées en les comparant à des étalages de poisson à la qualité variable et souvent douteuse. Alors qu’historiquement, les préjugés lient mauvaises odeurs et immigrant.e.s, cette association est aussi lourde de sens que pernicieuse.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Non, nous ne pardonnons pas «la comparaison triviale» de M. Rioux. Nous déplorons qu’un quotidien comme Le Devoir souscrive à de tels propos sous couvert de la liberté d’expression de ses chroniqueurs. Nous refusons de banaliser le racisme qui teinte les relations sociales au Québec.

Nous refusons de banaliser le racisme qui teinte les relations sociales au Québec.

À l’instar de ces thèses racistes qui reviennent sempiternellement, permettons-nous de répéter ceci : que ce soit au sein des groupes majoritaires ou des groupes racisés, les compétences et la qualité sont toujours des données qui sont hautement variables. La méritocratie, qu'on ne cesse d'opposer aux demandes de diversité et de parité, est un concept qui ne peut pas exister indépendamment des diverses oppressions systémiques qui traversent nos sociétés. Ainsi, aussi bien dire que la vraie méritocratie n'existe pas.

De qui parle M. Rioux lorsqu’il désigne ces «humoristes ethniques» qui ne sont que de «pâles copies des stands-up américains»? Parle-t-il de Mehdi Bousaidan, un humoriste de la relève qui brille par son talent? D’Uncle Fofi et Dorothy Rhau, qui enrichissent la scène alternative montréalaise? De Mariana Mazza, une humoriste qui réussit à ébranler des tabous tenaces et à rejoindre des milliers de femmes, racisées ou non? De Sugar Sammy et Rachid Badouri, deux des humoristes les plus en vue de leur génération, au Québec comme ailleurs? D’Adib Alkhalidey, qui, tout en rejoignant un public large, de la scène à la télévision, a été choisi comme la nouvelle image du Devoir? Alors que 5% seulement des premiers rôles à la télévision reviennent à des personnes racisées et que seuls cinq des 125 députés de l’Assemblée nationale sont issus de communautés minoritaires, il semble que la diversité qui menace la société québécoise dont parle Christian Rioux tienne de toute façon de l’utopie.

Par ailleurs, M. Rioux illustre le double standard qui existe lorsqu’il est question des personnes racisées, qu’elles soient issues de l’immigration, nées de parents immigrants ou adoptées. Dans le cas des «humoristes ethniques», on se permettra de juger négativement leurs performances et de présumer qu’elles et qu’ils ont du succès et sont connus parce qu’ils sont issus d’une minorité. Pourtant, M. Rioux ne se demande pas si d’autres remportent des Olivier parce que ce sont des personnes blanches. La question est rarement posée en ces termes, tant ce genre de milieu est un milieu de privilégiés. Dès lors, tout individu dérogeant à ces critères est soumis à un examen pour le moins injuste. Pourquoi ne pas remettre en question la qualité du travail de François Morency, de Martin Matte, de Peter Macleod, de Mike Ward, de Mario Jean, de Jean-Michel Anctil? Sont-ils tous, contrairement aux «humoristes ethniques», complètement détachés d’influences américaines et de très grande qualité?

Monsieur Rioux dénonce un souci outrancier de la diversité qui serait nuisible à l'identité et à la méritocratie. Or, il se trouve que cette diversité dont on parle beaucoup est loin d’être effective. Malheureusement, l’intégration des personnes qui ont été adoptées, des immigrant.e.s, de leurs enfants ne se fait pas toujours naturellement sur quelques générations, comme le prétend M. Rioux, non par la faute des immigrants ou de leurs progénitures, mais parce que la racisme systémique se déploie sur plusieurs générations et que le simple fait de porter un nom qui ne sonne pas québécois continue à pénaliser les personnes racisées même si elles sont nées au Québec.

Revenons sur le faux concept qu’est le «racisme inversé» évoqué par l’auteur. Le racisme, par définition, implique de croire en la hiérarchie entre différents groupes d’humains ou d’adopter une attitude hostile et discriminatoire à l’égard de groupes minoritaires, qu’ils soient visibles, religieux, culturels, géographiques ou linguistiques. L’appel au «racisme inversé» sert généralement à celles et ceux qui, se sentant acculés au pied du mur par les demandes de reconnaissance plus que légitimes des groupes racisés, adoptent un discours victimaire.

L’appel au «racisme inversé» sert généralement à celles et ceux qui, se sentant acculés au pied du mur par les demandes de reconnaissance plus que légitimes des groupes racisés, adoptent un discours victimaire.

Les sociétés occidentales modernes sont pourtant le fruit de rapports de force inégaux qui survivent à l’épreuve du temps, mais également à l’éclatement des frontières. Le système se reproduit constamment, permettant toujours aux mêmes de s’épanouir sans trop d’efforts aux dépens de ceux qui maintiennent la structure en place, tout au bas de la pyramide sociale.

Nous nous demandons pourquoi Christian Rioux ressent-il systématiquement le besoin de mettre en opposition le désir d’inclusion des groupes minoritaires et la défense de sa propre identité? Sommes-nous vraiment à blâmer pour la fragilité de cette dernière?

Le danger ne vient pas de l’extérieur, il ne vient pas de l’autre. Il provient de quiconque brandit la menace de l’immigrant comme venant ébranler et détruire l’identité du pays qui l’accueille. Nous sommes racisé.e.s, nous sommes aussi le Québec.

50 personnes ont co-signé cette lettre ouverte:
Cynthia Falaise
Chloé Savoie-Bernard
Francia Balthazar
Nene G. Diallo
Elisabeth Dubois
Fedora Mathieu, avocate
Rachel Saintus-Hyppolite
Amel Zaazaa (Collectif Hoodstock)
Marina Mathieu
Marine Hardy
Andrea Castello
Nelly Bassily
Marilou Craft
Will Prosper
Annie Auger
Sheila Skaiem
Marie-Hélène Dubé, avocate
Narriman Begueret
Maha Farah Elmir
Cha Lau fable
Arij Riahi, avocate
Sarah Ghaya
Andrés Fontecilla, président et porte-parole de Québec solidaire
Soraya Elbekkali
Jessica Louisé, Black Woman Productions
Zeina Mawassi
Anaïs Damphousse-Joly
Martine M. Maltais-Trottier
Loïc Michaud-Mastoras
Marie Ange Barbancourt
Laurence Mathurin
Émilie Nicolas
Katia Belkhodja
D. Mathieu Cassendo, bédéiste
Caroline Dawson
Alejandra Zaga Mendez
Kaligirwa Namahoro, conférencière
Haroun Bouazzi
William Korbatly, avocat
Alia Hassan – Cournol
Elvira Kamara
Nelly Daou
Marlihan Lopez
Sonia Ghaya
Jasmine Brouillette
Danaé Michaud-Mastoras
Alejandro Ampudia
Jay Chevery
Claude-Aline Bellamy
Eve Torres
Patrick Saint-Hilaire
Poursuivez votre lecture...
Harcèlement sexuel
La «liberté d’importuner», ce droit fondamental
Raphaëlle Corbeil
11 janvier 2018
politique municipale
Budget Plante: les propriétaires doivent-ils presser le bouton «panique»?
Céline Hequet
11 janvier 2018