Extrême-droite

Épopée de la droite identitaire

Photo: Priss Enriquez

C’est à Saint-Lazare, samedi le 17 juin, que se rencontraient des partisans du nationalisme identitaire, afin de «faire front commun» contre le statu quo qui nous mènerait vers un «désastre socio-politique évident».

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

L’architecte de ce colloque, Guy Boulianne – alias le «Prince fou» – estime que nous nous trouvons actuellement dans un «état d’urgence». Il nous faudrait donc prestement réaliser l’indépendance du Québec afin de nous arracher à divers complots planétaires…

M. Boulianne, qui a fondé Le Mouvement républicain du Québec en mars dernier, est enthousiaste: «c’est une certaine révolution qui va commencer» .

Les 10 conférenciers à l’ordre du jour ont pu bénéficier de la protection de membres de La Meute, un groupe islamophobe d’extrême-droite (plus de 40 000 sympathisant.e.s sur FB). En outre, sur le site officiel du Mouvement républicain, l’on fait directement la promotion de ce groupe: la Meute serait le dernier rempart contre l’islamisation «de notre nation et de nos enfants». On y dit d’ailleurs que «La Meute met en place des alliances stratégiques […] et le Mouvement républicain est une alliance forte».

Reconquérir la terre sainte

En entrevue à l’émission radiophonique d’un certain Vallier Roy, le Prince fou a soutenu qu’il était impératif de défendre la sainteté de notre peuple. Les découvertes historiques qu’il a réalisées seraient «ultra importantes pour l’avenir du Québec» et se conforment à bien des prophéties de Nostradamus :

«La Nouvelle-France, nous sommes les protecteurs du Saint Graal. […] Les Québécois, nous sommes les gardiens du Saint Graal […]. C’est pas farfelu. Ça remonte à Christophe Colomb. Samuel de Champlain a pris la relève (c’était pas son vrai nom, ça cachait une identité), Maisonneuve, etc. […], une longue lignée de protecteurs du Saint Graal […]. Pis on peut inclure là-dedans l’arche d’alliance et le trésor de Jérusalem.» (96.9 FM, 20 mai).

Bien que d’origine très humble, le Prince fou confie être l’homme de la situation : «qu’on le veuille ou non, bin je fais partie de la noblesse, la noblesse française!».

Ce à quoi l’animateur a acquiescé, puisqu‘il est lui-même un grand adepte de théories conspirationnistes: Alex Jones, David Icke et l’élite reptilienne… On apprend au passage que ce Vallier Roy a animé l’ultime débat du colloque de Saint Lazare (il y avait aussi la présence de Stéphane Blais, ex-candidat à la mairie de Lévis, qui se révèle être une connaissance commune).

Quelques alliés du Mouvement républicain

Un acteur incontournable de l’alliance entre le Mouvement républicain et La Meute s’avère être un blogueur réactionnaire du nom d’André Pitre (Stu Pitt, plus de 2000 «followers» sur Facebook). Ce dernier est devenu récemment un propagandiste officiel de La Meute, tout en s’impliquant largement dans le projet politique de Guy Boulianne. Il faisait également partie des 10 conférenciers vedettes du colloque, 10 hommes blancs, il va sans dire…

L’événement devait tout d’abord se tenir au Collège de Maisonneuve, mais a été déplacé en raison des risques l'échauffourée. Bien des partisans du colloque ont tenté de se victimiser en plaidant la liberté d’expression, puis en adressant plusieurs plaintes au Collège de Maisonneuve. De son côté, le Prince fou a eu une réaction amère sur Facebook, traitant ses adversaires de «petit morveux d'anarchistes-communistes».

L’événement devait tout d’abord se tenir au Collège de Maisonneuve, mais a été déplacé en raison des risques l'échauffourée.

L’ex-ministre péquiste Richard Le Hir, qui a aussi participé au colloque, a même fait parvenir une mise en demeure au Devoir, pour avoir associé son nom à des conférences que la journaliste Lisa-Marie Gervais a qualifié «d’extrême-droite». Dans un billet corrosif, M. Le Hir a vilipendé Le Devoir en laissant entendre que ce quotidien serait «noyauté et instrumentalisé par l’extrême-gauche».

De plus, M. Le Hir est administrateur de Vigile.quebec. Il appert que cinq des 10 conférenciers sont des contributeurs réguliers de ce site ultra-nationaliste. Ensemble, ils y ont cumulé au-delà de 1000 articles!

De la normalisation de La Meute

Comment expliquer que tout ce beau monde se soit déplacé sans se soucier outre mesure de l’implication directe de La Meute? L’argument le plus souvent invoqué est celui de la défense de la liberté d’expression: il fallait un service de sécurité musclé contre la menace imminente de trouble-fêtes antifascistes.

Cet argument est toutefois faible, si l’on considère que les organisateurs auraient pu faire appel à de vrais agents de sécurité plutôt qu’à n’importe quelle nébuleuse haineuse. Force est de constater qu’on normalise la présence de La Meute, en leur offrant une visibilité et une tribune inespérées.

Force est de constater qu’on normalise la présence de La Meute, en leur offrant une visibilité et une tribune inespérées.

Prenons pour exemple la délégation du parti politique «Citoyens au pouvoir» (CAP), dont Bernard «Rambo» Gauthier est l’un des porte-paroles. Les quatre émissaires se sont laissés charmer par l’ambiance féerique, en particulier leur «dirigeant fondateur» Yvon Simard, qui s’est excité tel un enfant dans un parc d’attraction: «Félicitations à tous les conférenciers qui ont fait de cette journée ce qu’elle a été, d’un rapprochement certain et de libres expressions.»

M. Simard a tout adoré, y compris le discours du nationaliste identitaire Alexandre Cormier-Denis : «Bravo! Monsieur a soulevé les passions entre autres avec un texte de Lionel Groulx.» Puis, il a aimé échanger avec des leaders de La Meute: «Nous partageons plusieurs points vue de part et d’autres pour le mieux vivre-ensemble et la démocratie.»

Plus encore, M. Simard a si bien savouré l’allocution du porte-parole de La Meute, Sylvain Maikan, qu’il est allé lui demander une copie du discours afin de le partager dans son intégralité sur le blogue officiel de CAP (http://citoyensaupouvoir.ca/2017/06/18/le-colloque/).

Une alliance programmée

Et alors? La Meute n’a-t-elle pas merveilleusement protégé les conférenciers lors d’un colloque organisé par Djemila Benhabib, le 6 mai à Montréal, avance André Pitre? De surcroît, étant donné l’urgence de la situation, ne fallait-il pas se prémunir contre d’éventuelles «menaces» venant d’on ne sait où?

À la vérité, la participation de La Meute au colloque ne fut pas spontanée, mais savamment planifiée: déjà trois semaines plus tôt, Guy Boulianne participait à un Garden Party organisé par La Meute à Sainte-Sophie, dans les Laurentides. André Pitre était également présent, de même que les chefs de La Meute.

Sur sa page FB, M. Boulianne a commenté en ces termes : «Nous avons été reçus par un délicieux BBQ saucisses […]. Chapiteaux, musique et boutique-souvenir faisaient partie de ce décor chaleureux. La soirée s’est terminée par une conférence générale. J’ai eu la chance d’y prendre la parole, ainsi que André Pitre et plusieurs membres de La Meute.»

Leur sainte alliance fut donc scellée à ce moment, donnant un certain souffle à leur obscurantiste épopée…

Poursuivez votre lecture...
Jour du souvenir
Le rouge et le blanc : la guerre des coquelicots
Martin Forgues
10 novembre 2017
Victoire de Projet Montréal
Les progressistes au pouvoir!
Simon Van Vliet
6 novembre 2017
Première année de Trump au pouvoir
Un an après leur débâcle, où en sont les démocrates ?
Alexis Rapin
8 novembre 2017