MANIFESTATION À QUÉBEC

Dénoncer la violence

Mickaël Bergeron

Je n’étais pas à la contre-manifestation de dimanche dernier, à Québec, mais la déferlante médiatique qui s’en est suivie m’a donné envie de barrer les portes à double tour et de laisser les Devoir s’accumuler sur le perron jusqu’à ce qu’une tempête hivernale les emporte. De force.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

En effet, sur toutes les plates-formes, les politiciens se sont empressés de faire leur activité préférée, soit de dénoncer «la violence», un terme employé tellement souvent qu’on ne sait plus trop ce qu’il veut dire. Quelle violence? De la police? De ceux qui lancent des objets dans la rue? De ceux qui pensent que certaines personnes méritent plus que d’autres de vivre dans des pays riches?

sur toutes les plates-formes, les politiciens se sont empressés de faire leur activité préférée, soit de dénoncer «la violence»

Dans le cas de certains élus, on s’est même demandé s’ils ne s’étaient pas fait hacker leur compte Facebook ou s’il fallait bel et bien y voir une trahison des gens qui les avaient mené sur le chemin de la renommée. On sait ce qu’il faut faire pour être politically correct; c’est à peu près la même chose que pour devenir le plus ennuyeux des politiciens de carrière. Et ce n’est pas comme ça qu’on va changer le Québec.

Oui, comme d’autres, j’ai vu les images de cet homme malmené par les militants antifascistes, alors qu’il affirme à la caméra être venu manifester avec eux. On m’a rapporté que l’individu dénonçait d’autres personnes à la police qu’il ne jugeait pas assez pacifiques.

Était-il vraiment un sympathisant de la contre-manifestation ou venait-il au contraire précisément pour la miner? Le doute plane. Mais c’est vrai, on ne devrait pas frapper les gens sans s’assurer préalablement qu’ils sont bien des nazis.

Je pourrais le reprocher aux militants d’extrême gauche. Cependant, quand je regarde les 100 dernières années d’histoire en Occident, je sais qui se trouve du bon côté. Et dans 50 ans, ce ne sont pas trois chaises cassées et un nez qui saigne que l’on racontera aux élèves, mais deux guerres mondiales et les camps de la mort.

dans 50 ans, ce ne sont pas trois chaises cassées et un nez qui saigne que l’on racontera aux élèves, mais deux guerres mondiales et les camps de la mort

Alors non, quand on me demande de dénoncer la violence de mes camarades - de ceux qui ont pu voir en direct le salut nazi qui, seulement en vidéo, m’a fait l’effet d’un coup de poing dans le ventre - ça, je ne peux pas l’accepter. J’ai l’impression qu’on me demande de frapper le doigt qui pointe l’incendie.

La violence, c’est celle de l’extrême droite qui, si elle était cohérente avec elle-même, s’auto-déporterait en Europe. Vous n’avez pas plus le droit d’être là que quiconque, sauf les autochtones. Retournez d'où vous venez, on ne vous veut justement plus.

La violence, c’est celle de l’extrême droite qui, si elle était cohérente avec elle-même, s’auto-déporterait en Europe.

La violence, c’est celle des membres de La Meute qui lèchent les bottes du SPVQ parce qu’ils savent très bien que, dans les quartiers, les flics font déjà le sale boulot de profilage à leur place.

La violence, c’est celle de Jean-François Lisée qui, plagiant Trump sur Charlottesville, a osé tweeter «Manifs à Québec: la violence, les masques, c’est pas une façon de s’exprimer. Peu importe son opinion. Point final. #polqc», comme s’il y avait deux côtés tout aussi fautifs.

La violence, c’est celle des flics qui tirent des gaz lacrymogènes à bout portant sur des manifestant.e.s parce qu’ils n’en ont pas eu assez d’éborgner un des nôtres en 2012.

La violence, c’est celle des terroristes qui posent des bombes dans les mosquées des gens de chez nous.

La violence, c’est celle d’Atalante qui voudraient voir des personnes retourner vivre dans un pays où leur vie est menacée.

Alors, en toute responsabilité, parce que je connais les grands enjeux qui se cachent derrière ce tapage médiatique et ces images sensationnalistes, tout ce que je peux dire c’est: solidarité avec les antifascistes! Et bienvenue aux réfugié.e.s.

Poursuivez votre lecture...
Psychologie
Comment le concept d’aliénation parentale protège-t-il les droits des pères violents
Céline Hequet
17 mai 2018
Évènement
À quoi sert l’innovation sociale ?
17 mai 2018