Précarité

Se battre pour vendre des piges

La FPJQ doit combattre l'exploitation des journalistes

Combien sommes-nous à courir après nos sous ? Combien sommes-nous à nous faire mener en bateau sous couvert d’austérité?

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Les journalistes n’ont pas ou peu de recours contre leurs employeurs. L’AJIQ offre des recommandations et le Conseil de Presse a mis en place un système de plaintes sans qu’une sanction ne pénalise vraiment le média fautif. Il faut dénoncer les comportements abusifs. À quand le hashtag?

C’est arrivé à Barcelone. J’étais jeune, pas assez d’expérience ; j’envoyais mes articles déjà rédigés aux rédactions. Quand mon premier article est publié dans un journal, c’est mon père me l’apprend par téléphone. La rédaction fait la morte. Pendant six mois, trois fois par semaine, j’appelle. Elle finit par se tanner; on s’entend sur un prix.

C’est arrivé dans un restaurant. Faut-il convaincre les propriétaires de me laisser manger gratuitement ou est-ce à la rédaction de payer le repas? La rédactrice garde ça flou jusqu’au moment où le chiffre tombe; l’addition coûte plus cher que mon article. Elle tente de me convaincre que le repas est une expérience personnelle que je choisis de partager avec ces lecteurs. Un ami fait partie de la rédaction, je le mets en copie conforme et je finis par recevoir la paye, qui inclut le repas et l’article.

C’est arrivé sur Facebook ; cette collaboration à ce projet si jeune, si beau, si prometteur, mais sans le sou. Ce n’est qu’une question de temps. Tu seras animatrice, mais pour l’instant, place les chaises au lancement. Pour l’instant, subis les crises de la fondatrice qui fouille dans tes courriels la nuit et accapare ton agenda d’une triple rencontre hebdomadaire.

C’est arrivé dans un festival. Sur place, dilemme éthique : écrire ce que la rédactrice veut entendre ou ne pas être publiée. Le transport, l’hébergement, l’émerveillement et la fatigue ; c’est à mes frais. Le voyage est né d’une promesse de publications. Le paiement aura lieu, après quelques mois de silence et une riposte bien sentie. À quoi bon dénoncer quand l’équipe est tricotée serrée? Celui qui a tord, c’est le corps étranger.

Il faut donc se battre pour vendre ses piges. Parce que l’avoir écrite et s’être entendu sur un prix, ça ne suffit pas dans le petit monde de la presse écrite au Québec.

Au Canada, un banquier incite les chômeurs à faire du zèle, à travailler sans salaire. Hey mister Bank of Canada, savez-vous que des jeunes en meurent? Un stagiaire de 21 ans est mort à Londres après 72 heures consécutives de travail. C’est arrivé à Madrid et en Indonésie.

Travailler sans salaire, c’est transformer la profession en privilège ; c’est exclure la perspective de ceux et celles qui ont besoin d’un salaire pour vivre.

Comment se fait-il que la FPJQ se rassemble chaque année sans développer des mécanismes d’autodéfense contre l’exploitation des journalistes? Merci pour les soirées de réseautage et la vivacité des débats, des formations, des plénières, mais… Que reste-t-il après le congrès pour le maillon faible de la chaîne, ceux et celles qui débutent dans la profession, ceux et celles qui tentent de survivre avec un salaire de misère?

L’intégrité journalistique ne devrait pas être un chemin tortueux. Refuser la rédaction promotionnelle semble une évidence, pourtant, c’est un bâton dans les roues qui revient souvent chez les pigistes. Ni la FPJQ, ni l’AJIQ, ni le Conseil de presse n’offrent de moyens concrets pour empêcher ces abus. Pourtant, c’est le mandat du CRTC de « réglementer et de superviser les systèmes de radiodiffusion et de télécommunication au Canada ». Est-ce que la presse écrite vaut moins que la radio et la télé?

Poursuivez votre lecture...
Psychologie
Comment le concept d’aliénation parentale protège-t-il les droits des pères violents
Céline Hequet
17 mai 2018
Évènement
À quoi sert l’innovation sociale ?
17 mai 2018