Fusion QS-ON

Un argument anti-fusion en forme de cul de sac

Catherine Dorion répond aux récentes critiques de la fusion annoncée des deux partis québécois.
Photo: AzertyFab

Catherine Dorion est auteure, comédienne et a été candidate d’ON dans Taschereau en 2012 et 2014.

La nature du débat qui prend forme à Option nationale était à prévoir. Denis Monière, professeur retraité de l’Université de Montréal et président de la commission politique d’Option nationale, publiait il y a quelques jours un commentaire critique sur l’entente de fusion ON-QS.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Il comparait le programme d’accession à l’indépendance d’ON à celui auquel sont parvenus récemment les négociateurs des deux partis :

«Le programme d’ON implique que lorsqu’un électeur vote pour ce parti, il vote directement pour l’accession à l’indépendance. Lorsqu’un électeur votera pour QS fusionné avec ON, il votera non pas pour enclencher l’indépendance dès l’arrivée au pouvoir d’une majorité de députés indépendantistes, mais il votera pour la convocation d’une assemblée constituante qui aura le mandat de dessiner les structures du Québec indépendant. Autrement dit, tant et aussi longtemps que la constituante n’aura pas terminé ses travaux et que le référendum n’aura pas eu lieu, l’indépendance ne sera pas proclamée.»

Il met ensuite les indépendantistes en garde contre les risques stratégiques de cette nouvelle option. On pourrait en discuter encore très longtemps, de ce qui serait la meilleure façon de réussir à sortir du Canada. Le mouvement indépendantiste est fort là-dessus. Mais vient un temps où les thèses et contre-thèses spéculatives sur ce qui se passera si... et si... n’arrivent plus à avoir l’air d’autre chose que de prétextes pour ne pas plonger dans l’action et poser des gestes.

D’ailleurs, cette comparaison «avant/après» n’aurait de sens que si ON avait de réelles chances de prendre le pouvoir et de réaliser cette fameuse démarche qu’il préconisait à l’origine.

Il est évident que les militants d’ON qui ont négocié la fusion ne croient pas que leur parti prendra le pouvoir un jour — ils ne sont pas défaitistes, ils vivent simplement sur la même planète que nous.

Il est évident que les militants d’ON qui ont négocié la fusion ne croient pas que leur parti prendra le pouvoir un jour — ils ne sont pas défaitistes, ils vivent simplement sur la même planète que nous.

Monière aimerait garder ON intact pour que les indépendantistes puissent continuer à voter directement pour l’indépendance à chaque élection. Sauf que même parmi les gens qui veulent très fort l’indépendance, la grande majorité ne vote pas ON, pour la simple raison qu’ils ne sont pas QUE indépendantistes, et qu’ils veulent aussi, par exemple, accélérer le virage vert, ou préserver le réseau des CPE, ou payer moins de taxes, que sais-je. Ils vont donc magasiner leur parti selon leurs valeurs, et aussi selon ce qui a des chances de pousser le plus grand nombre possible de ces valeurs au gouvernement à plus ou moins long terme.

On peut tout de même concéder à Monière que ceux qui étaient TRÈS attachés à l’indépendance avant toute autre cause pouvaient au moins faire entendre leur voix en votant pour ON, pousser sur ce petit ressort politique afin que l’indépendance ait plus de chances d’être ramenée à l’ordre du jour. Ça ne fera pas des vagues énormes, se disaient-ils, mais ça fait au moins un petit peu de mouvement.

On admet dans ce cas-là que ce qu’on veut, c’est influencer le jeu politique en faveur de l’indépendance.

Ben voilà. C’est ça qu’ON réussit avec la fusion. Influencer le jeu politique en faveur de l’indépendance.

C’est ça qu’ON réussit avec la fusion. Influencer le jeu politique en faveur de l’indépendance.

Serait-on étonné de constater qu’après la fusion, les péquistes se mettent à parler d’indépendance eux autres aussi? Ils auraient l’air gnochons de laisser leur petit frère gauchiste qui grandit être plus radical qu’eux sur cette question qui les a fait naître. Bref, ON, en se dissolvant en tant que parti (mais non en tant que groupe de pression, qui pourra continuer à être aussi efficace qu’autrefois côté propagande souverainiste), injecte une réelle dose d’indépendantisme décomplexé dans le grand jeu. On ne sait pas jusqu’où ça va porter, mais on peut raisonnablement penser que c’est déjà un maudit bon pari pour un parti qui était sur le bord de disparaître complètement du radar.

Et avoir Sol Zanetti à l’Assemblée nationale qui parle d’indépendance avec toute l’adresse que ses trois dernières années de pratique lui ont permis d’acquérir (il est bon, sérieux), je trouve que c’est pas mauvais du tout, moi, pour l’indépendance. Il ne sait pas encore où il se présentera, mais imaginons, juste pour le fun, qu’il affronte Jean-François Lisée dans Rosemont, jusqu’à menacer sérieusement son siège. Pas mal de monde trouverait ça drôle et emballant. Il y aurait des sourires sur les faces et l’envie de mettre l’épaule à la roue pour ce coquin d’indépendantiste qui oserait faire face au chef péquiste (celui-là même qui pense qu’en faisant du millage sur la peur il pourra rassembler la tonne de courage nécessaire à l’accouchement d’un Québec-pays). Sans parler de l’enthousiasme qu’une fusion réussie fera naître chez beaucoup de citoyens qui ne croyaient plus que des partis politiques étaient capables de se parler et de coopérer comme des grandes personnes.

Enfin, la critique de Denis Monière oublie une chose essentielle : l’ambiance de la rencontre, le courant qui prend de la force, l’exaltation joyeuse à voir la surprise sur ces visages ternes qui ne croyaient pas que nous y arriverions, le plaisir de la nuit de noces et les fruits insoupçonnés qui en naîtront.

Enfin, la critique de Denis Monière oublie une chose essentielle : l’ambiance de la rencontre, le courant qui prend de la force, l’exaltation joyeuse à voir la surprise sur ces visages ternes qui ne croyaient pas que nous y arriverions, le plaisir de la nuit de noces et les fruits insoupçonnés qui en naîtront.

Moi, j’ai le goût. C’est pour ça que pendant que certains éplucheront minutieusement chaque ligne du contrat de mariage en en notant les incongruités, moi, je serai dehors avec mes amis à faire lever le party.

Champagne! Et hourra pour l’indépendance.

Poursuivez votre lecture...
Jour du souvenir
Le rouge et le blanc : la guerre des coquelicots
Martin Forgues
10 novembre 2017
Victoire de Projet Montréal
Les progressistes au pouvoir!
Simon Van Vliet
6 novembre 2017
Première année de Trump au pouvoir
Un an après leur débâcle, où en sont les démocrates ?
Alexis Rapin
8 novembre 2017