La Francophonie face à de nouveaux défis

Photo: Jeff Attaway

Le 15e sommet de la Francophonie, qui démarre ce 29 novembre à Dakar (Sénégal), se penchera sur les questions de paix, sécurité, développement, le climat. Le chômage des jeunes, les discriminations et les violences dont les femmes sont victimes ainsi que la Francophonie économique seront également au centre des débats.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Ce samedi s’ouvre à Dakar, la capitale du Sénégal, le 15e sommet de la Francophonie. Trente cinq (35) chefs d’États et de gouvernement prennent part à cette rencontre des pays ayant le français en partage. Pendant deux jours, les dirigeants francophones et leurs délégations ainsi que des représentants des organisations internationales, des ONG, des acteurs économiques, culturels et sociaux se pencheront sur le thème : « Femmes et jeunes en francophonie : vecteurs de paix et acteurs du développement ».

À travers ce thème, les pays francophones ont voulu réaffirmer le rôle de premier plan que jouent les femmes dans la conservation et la perpétuation des valeurs qui distinguent l’Oif et la part active dévolue aux jeunes, symboles d’espoir. « Ce 15e sommet sera l’occasion de nous interroger sur les contraintes auxquelles ces deux importantes couches de l’espace francophone sont confrontées, de voir les disparités qui existent, d’échanger de bonnes pratiques et de formuler des recommandations afin de relever ensemble le pari d’un développement durable et inclusif qui associe pleinement les femmes et les jeunes », a affirmé Mankeur Ndiaye, le ministre sénégalais des Affaires étrangères.

M. Ndiaye a rappelé que le pari fixé est celui d’une Francophonie « plus à l’écoute de sa jeunesse et de ses femmes et plus présente sur la scène internationale ». En d’autres termes, « une francophonie vue sous l’angle de forces de propositions sur les différentes problématiques qui interpellent le monde, en particulier l’emploi des jeunes et l’autonomisation des femmes, dans la perspective de l’Agenda du développement post-2015 ». En effet, les jeunes et les femmes surtout dans les pays en développement sont confrontés à toutes sortes d’angoisses : chômage, analphabétisme, violences sexuelles, etc.

L’un des enjeux du sommet de Dakar est donc de trouver des réponses au chômage, devenu un fléau mondial. Partout le phénomène est en hausse particulièrement dans les pays en développement. Chaque année, ils sont des millions à grossir le rang des chômeurs après avoir terminé leurs études. Au Sénégal, pays hôte du sommet, on estime ce nombre à 100.000, un décompte qui ne tient pas compte des jeunes sans formation ou qualification professionnelle. D’ailleurs, une de la Francophonie sera adoptée, à Dakar.

L’un des enjeux du sommet de Dakar est donc de trouver des réponses au chômage, devenu un fléau mondial.

L’autre enjeu de ce 15e sommet, c’est la consolidation des acquis de la Francophonie en prenant en charge les mutations opérées par l’Oif, pour investir les champs politique, diplomatique et économique. Les observateurs sont unanimes à soutenir que le sommet de Dakar sera « un tournant important » dans la marche de la Francophonie, en ce sens qu’il offrira l’occasion aux chefs d’État et de gouvernement d’échanger sur des questions d’avenir pour l’Oif (succession d’Abdou Diouf, Ebola, crise politique au Burkina Faso, le climat, etc.) et d’adopter des décisions stratégiques fortes.

Renforcer la dimension économique de la Francophonie

La Francophonie adoptera un nouveau cadre stratégique qui fixera les grandes orientations de l’organisation sur les prochaines années et l’élaboration de l’Agenda post 2015. « La Francophonie devrait avoir à l’esprit qu’en dépit des progrès réalisés dans la mise en œuvre des OMD, la vie de près d’un milliard de personnes ne s’est pas améliorée, notamment en termes d’accès aux services sociaux de base que sont l’alimentation, l’assainissement et l’eau potable, le logement, les soins de santé et l’éducation », a déclaré le chef de la diplomatie sénégalaise.

Avec la crise économique et financière qui perdure et annihile les efforts de croissance de plusieurs pays, les dirigeants francophones ne manqueront pas certainement de se pencher sur la dimension économique de la Francophonie afin de « créer les conditions d’une coopération dynamique » au sein de cet espace. Le ministre sénégalais des Affaires étrangères estime que l’adoption d’une stratégie économique est plus qu’indispensable puisqu’elle devrait contribuer à renforcer l’interaction nécessaire entre la paix, la sécurité et le développement.

L’essayiste français Jacques Attali a produit un rapport avec 40 propositions « pour sauver la Francophonie et doper l'économie de ce formidable espace géopolitique »

L’essayiste français Jacques Attali a produit un rapport avec 40 propositions « pour sauver la Francophonie et doper l'économie de ce formidable espace géopolitique ». La Francophonie, souligne-t-il, est une zone économique, avec 4 % de la population mondiale, mais elle représente 16 % du PIB mondial, 15 % des réserves mondiales et un potentiel de commerce considérable. Il soutient que les gens qui parlent la même langue font 70 % de plus d’affaires entre eux que des gens qui ne parlent pas la même langue. M. Attali pense que cet espace peut générer des millions d’emplois à condition que la Francophonie économique soit bonne pour la France et pour les entreprises ivoiriennes, sénégalaises, nigériennes, etc.

Le sommet de Dakar sera également l’occasion de rendre un hommage mérité au président Abdou Diouf pour ses efforts inestimables au service du rayonnement et de l’influence de la Francophonie.

La Francophonie en quelques faits et chiffres

¬ L’OIF née en 1970, rassemble 77 États et gouvernements membres ou observateurs de l’OIF ayant le français en commun

¬ Le Sommet des chefs d’État se réunit tous les 2 ans pour statuer sur l’admission de nouveaux membres, définir les orientations de la Francophonie de manière à assurer son rayonnement dans le monde, dans un Cadre stratégique décennal et élit le Secrétaire général de la Francophonie.

¬ 220 millions, c’est le nombre de locuteurs français, selon l’Observatoire de la langue française) estimé à 700 millions en 2050 dont 85 % vivront en Afrique.

¬ A l’occasion de ce XVe Sommet de la Francophonie, le Sénégal inaugurera le Centre International de Conférences de Dakar(CICD), un édifice qui a coûté 51 milliards de francs Cfa.

Poursuivez votre lecture...
Covid-19
Le patriarcat est encore aux commandes de l'État québécois
Michel Seymour
16 juin 2020
Les Ficelles
Épisode 12 - « Un autre confinement »
11 juin 2020
RACISME
« Aime les Noirs autant que tu aimes leur culture »
Katia Gaïd
7 juin 2020