Forum social

Les progressistes canadiens font front commun contre Harper

QUOI Media Group

Les forces progressistes de tout le Canada se rencontreront à Ottawa du 21 au 24 août, dans le but de créer une coalition pan-canadienne pour éviter la réélection du gouvernement conservateur en 2015.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Une conférence de presse a eu lieu ce matin à la Maison du développement durable de Montréal (ainsi que dans quatre autres villes canadiennes) en présence de Serge Cadieux, directeur général de la FTQ, Michel Lambert, directeur général d’Alternatives, Viviane Michel, présidente de Femmes autochtones du Québec, Claude Vaillancourt, président d’Attac Québec et Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace au Québec.

«C’est un moment unique, car le Canada au complet a décidé de se tenir ensemble» - Serge Cadieux

«Nous sommes tous touchés par les politiques de ce gouvernement. […] C’est un moment unique, car le Canada au complet a décidé de se tenir ensemble», a lancé Serge Cadieux. La nature de la coalition formée est encore indéterminée, car le but de l’événement est justement de réfléchir collectivement à des stratégies. «Il y a des Assemblées de convergence, prévues à cet effet, durant l’événement», a mentionné Patrick Bonin. La formule de forum ouvert choisie par les organisateurs favorise particulièrement une programmation liée aux enjeux les plus préoccupants, sous l’angle choisi par les conférenciers. Le forum ouvert offre également plus de liberté qu’un forum conventionnel aux participants. C’est d’ailleurs un aspect déterminant pour la participation des peuples autochtones. Viviane Michel mentionne que «Femmes autochtones du Québec est vraiment enthousiaste de participer à cet événement, car rien n’est imposé, il y a une liberté d’expression, de participation et un respect. Ce qui rejoint vraiment les Premières nations». Cette volonté d’inclusivité est liée au fait que «l’objectif de cet événement est vraiment de créer une alliance pérenne pour la suite», explique Serge Cadieux.

Poursuivez votre lecture...
Harcèlement sexuel
La «liberté d’importuner», ce droit fondamental
Raphaëlle Corbeil
11 janvier 2018
politique municipale
Budget Plante: les propriétaires doivent-ils presser le bouton «panique»?
Céline Hequet
11 janvier 2018