racisme

Critiquer l’« immigration massive » : une tradition bien de chez nous

Wikicommons

La Commission parlementaire sur l’immigration a permis à tous les camps de répéter leurs arguments pour ou contre l’immigration. Lors de la dernière campagne électorale, la CAQ proposait de baisser l’immigration de 52 000 à 40 000 personnes, sans que personne n’explique les calculs permettant d’atteindre de tels chiffres. Tout ce débat n’avait évidemment qu’une fonction : maximiser des gains électoraux.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Voilà l’occasion de lire ou relire l’ouvrage À chacun ses Juifs, qui n’est pas vraiment une lecture d’été… L’historien Pierre Anctil y a présenté des dizaines d’éditoriaux du Devoir au sujet de l’immigration juive, publiés dans la première moitié du XXe siècle. On découvre que l’opposition à l’immigration musulmane d’aujourd’hui reprend les mêmes arguments et souvent les mêmes mots que l’opposition d’alors à l’immigration juive.

Le fondateur du Devoir Henri Bourassa évoquait une « immigration à outrance » qui provoquerait une « dénationalisation du peuple canadien français », notion reprise par le polémiste Mathieu Bock-Côté dans le titre de son livre La dénationalisation tranquille (2007). L’expression d’« immigration massive », utilisée au sujet des Juifs et des Juives (éditorial du 16 décembre 1943), est aujourd’hui reprise pour disqualifier l’immigration musulmane, entre autres chez les chroniqueurs Christian Rioux, au Devoir, et Mathieu Bock-Côté, au Journal de Montréal.

En 1937, l’éditorialiste Georges Pelletier s’était pourtant rendu en Allemagne pour confirmer l’existence des camps de concentration et rapporter que des centaines de Juifs avaient déjà disparu « sans laisser aucune trace » (17 avril 1937). Mais selon lui, l’antisémitisme serait une réaction normale face aux populations juives « inassimilables ». Il suggérait conséquemment que « nous » restions « seuls chez nous, entre chrétiens. » Un autre éditorialiste mentionnait, en 1943, « l’extermination des Israélites » qui aurait fait 2 millions de victimes, prédisant que « sept millions de Juifs » pourraient être « supprimés » au total. Il déclarait néanmoins que « les sociologues » « mettent les nations en garde contre un point de saturation de l’élément israélite » (9 septembre 1943). Un éditorialiste expliquait enfin qu’« il existe une limite à cette capacité d’absorption […] qu’il n’est pas raisonnable de dépasser » (1er février 1934). On évoque aujourd’hui de manière abstraite la « capacité d’intégration » du Québec, sans jamais préciser ce qui la détermine.

Aujourd’hui, les polémistes se lamentent d’« être accusés de racisme, de xénophobie » alors qu’ils présentent inlassablement l’Islam et l’immigration musulmane comme une grave menace pour l’Occident.

Alors que les polémistes Bock-Côté, Rioux et bien d’autres proposent de « stopper la vague migratoire » tout en critiquant du même souffle le multiculturalisme et le « misérabilisme humanitaire », les opposants à l’immigration juive ridiculisaient alors les « sentiments libéraux » et le « sentimentalisme de pacotille » : « Ayons moins d’humanitarisme, plus de sens commun […] si nous voulons bâtir une nation de civilisation et d’esprit chrétiens » (26 novembre 1938; voir aussi 18 mars 1939; 19 août 1933 et le 17 avril 1937). Un « esprit chrétien » bien curieux qui ferme son cœur devant la misère du prochain.

On n’est pas racistes!

Ces éditorialistes voulaient critiquer l’immigration juive « sans s’exposer au reproche d’antisémitisme » (21 novembre 1938), même s’ils parlaient d’une « gigantesque agression pacifique » menaçant « notre survie ethnique » (3 septembre 1943). Aujourd’hui, les polémistes se lamentent d’« être accusés de racisme, de xénophobie » alors qu’ils présentent inlassablement l’Islam et l’immigration musulmane comme une grave menace pour l’Occident. De même, on déplore aujourd’hui le « Québec bashing » au sujet de l’immigration (et de la Loi sur la laïcité), alors que les éditorialistes des années 1930 et 1940 reprochaient aux Canadiens anglais d’insulter le Québec, par exemple suite à une pétition de 125 000 signatures de la Société Saint-Jean Baptiste demandant à Ottawa de ne pas accueillir de réfugiés juifs (selon Le Devoir du 16 décembre 1943).

Il faut dire que les éditorialistes évitaient l’usage d’injures antisémites, se contentant d’arguments en apparence raisonnables au sujet de la préservation de la culture canadienne-française et catholique. On expliquait aussi que les Juifs ne répondaient pas aux besoins économiques du pays, soit cultiver de nouvelles terres, parce qu’ils n’ont « ni le goût ni le sens de la colonisation […] si l’on entend par coloniser l’aptitude à peupler et à mettre en valeur de vastes étendues de territoires » (26 novembre 1938; voir aussi 22 novembre 1939). Assurément, Le Devoir avait peu d’abonnements en Palestine!

Ce retour dans l’histoire nous rappelle que le nationalisme québécois est traversé par une vieille tradition xénophobe, soit une hostilité à l’égard des étrangers.

Leçons de l’histoire

Ce retour dans l’histoire nous rappelle que le nationalisme québécois est traversé par une vieille tradition xénophobe, soit une hostilité à l’égard des étrangers. L’islamophobie actuelle s’inscrit dans cette tradition. Si on refusait alors d’accueillir des populations victimes d’une extermination génocidaire, pourquoi accueillir aujourd’hui des musulmans et musulmanes qui ne risquent même pas la mort et pourquoi s’émouvoir pour quelques milliers de noyades en Méditerranée?

Mais quelle est la valeur civilisationnelle (et chrétienne) d’un tel nationalisme égoïste, xénophobe et mortifère? Les éditorialistes s’opposant à l’immigration juive soulignaient que « c’est l’habitude de vivre ensemble qui caractérise une nation » (26 novembre 1943). Mais comment prendre l’« habitude de vivre ensemble » avec des nationalistes hypocrites et cruels qui rejettent (et ridiculisent) la tradition d’accueil et d’ouverture que l’on retrouve aussi au Québec, incarnée entre autres par des intellectuels franco-canadiens qui défendaient les Juifs dans les années 1930 et 1940.

Soulignons que Le Devoir reconnait aujourd’hui que ses éditoriaux traduisaient un esprit antisémite. Ce même journal reconnaîtra-t-il un jour l’islamophobie de son correspondant à Paris, dont le fonds de commerce consiste à critiquer tout à la fois l’immigration musulmane, le multiculturalisme et l’humanitarisme? Quant au Journal de Montréal, s’excusera-t-il pour ces centaines (milliers?) de chroniques qui critiquent toujours l’Islam et l’« immigration massive »?

Postscriptum : On prétendra que l’antisémitisme des anglo-protestants était pire que celui des franco-catholiques. C’est la réaction traditionnelle d’un certain nationalisme québécois, qui préfère toujours regarder ailleurs plutôt que de réfléchir sérieusement à sa propre histoire. La recette assurée pour répéter les mêmes erreurs.

Poursuivez votre lecture...
Environnement
Pourquoi n’avez-vous pas entendu parler d’Autumn Peltier ?
26 septembre 2019
Podcast les ficelles
Les Ficelles - Saison 2
25 septembre 2019