Environnement

Steven Guilbeault : vert, ou quoi ?

Après avoir mené des recherches pour un essai sur les luttes territoriales au Québec et suite au saut en politique de Steven Guilbeault, l'écologiste Bruno Massé s'interroge sur les positions du nouveau candidat vedette du PLC.
Photo: Flickr - Justin Trudeau

Les grands médias persistent à le décrire comme un fervent défenseur de la planète, les conservateurs le trouvent même trop vert. La réputation de Steven Guilbeault lui a permis d’être accueilli au Parti Libéral du Canada comme candidat vedette. Toutefois, au sein du mouvement environnemental québécois, on le connait aussi pour ses partenariats avec des industries polluantes et ses positions en porte à faux avec les luttes citoyennes. En cette période électorale, confrontons le mythe à la réalité.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Partenaire des hydrocarbures

Cela fait plus de quinze ans que Steven Guilbeault entretient une relation de partenariat avec des grandes entreprises d’hydrocarbures. Il a défendu le projet de centrale de gaz naturel du Suroît en 2003, tandis qu’il était directeur chez Greenpeace. Puis, il a défendu le port méthanier de Rabaska en 2007. Ces deux projets étaient menés par Énergir (anciennement Gaz Métro) et contestés vivement par le reste du mouvement environnemental.

Dans ce qui semble un échange de bons procédés, Énergir est devenu un des partenaires financiers de la Maison du développement durable, cofondée par Steven Guilbeault et Équiterre. Cette relation entre prétendus écologistes et industriels gaziers s’est répétée dans l’Alliance SWITCH, où Équiterre et Énergir poursuivent leurs collaborations encore aujourd’hui.

Rappelons que Énergir vend du gaz de schiste provenant des États-Unis et de l’Alberta alors que le mouvement écologiste et citoyen s’est battu bec et ongle pour obtenir un fragile moratoire sur cette filière. Le gaz naturel est un des plus grands producteurs de GES au Québec.

Steven Guilbeault s’est aussi allié à l’industrie des sables bitumineux en 2015 lors d’une série de rencontres secrètes avec l’Office National de l’Énergie, les représentants de Transcanada (dont Jean Charest), le Conseil du Patronat du Québec et Équiterre.

Ces rencontres, tenues à l’insu du mouvement écologiste et citoyen du Québec, ont mené au Plan de lutte aux changements climatiques de l’Alberta. On pourrait croire qu’il s’agit d’une victoire environnementale, jusqu’à ce qu’on réalise que le plafond de GES permis - toujours sous la bénédiction d’Équiterre et Steven Guilbeault - est tellement haut qu’il permet de faire passer la production de 3,8M de barils de pétrole par jour à 6M d’ici 2030! Par le fait même, les cibles de réduction de GES de l’Accord de Paris seront inatteignables pour le Canada. De nouveaux pipelines étaient à prévoir.

« Cela fait longtemps que M. Guilbeault s’est distancé du mouvement environnemental, et il est difficile de comprendre pourquoi les médias continuent à l'interpeller de manière récurrente sur ces enjeux. »

Sans ironie aucune, M. Guilbeault a depuis exprimé son opposition au projet de pipeline Transmountain, quoiqu’il n’ait jamais assumé sa responsabilité dans cette affaire. Le fait qu’il annonce sa candidature au PLC le lendemain de l’annonce officielle du pipeline par le gouvernement ajoute à la complaisance.

Lobbyiste industriel avant tout

En fait, cela fait longtemps que M. Guilbeault s’est distancé du mouvement environnemental, et il est difficile de comprendre pourquoi les médias continuent à l'interpeller de manière récurrente sur ces enjeux. Son travail, depuis au moins 2007, est celui de lobbyiste pour des entreprises privées. Hormis ses représentations conjointes avec Énergir, M. Guilbeault est devenu consultant pour Deloitte, la grande firme impliquée, notamment, dans les industries extractives et le Plan Nord. Il a aussi été lobbyiste pour la compagnie forestière Kruger pour la construction d’une usine de biomasse sur Anticosti.

En 2015, pendant que le Centre québécois du droit de l’environnement et Environnement Vert Plus menaient une poursuite pour forcer la cimenterie de la Caisse de Dépôt à Port-Daniel à passer par le BAPE, M. Guilbeault cautionnait le projet, qui sera un des plus grands émetteurs de GES de la province.

En 2017, une sortie publique de M. Guilbeault a été déterminante pour légitimer le Réseau Express Métropolitain (de la Caisse de Dépôt) alors que le BAPE et les groupes environnementaux dénonçaient sa contribution à l’étalement urbain et son absence de réduction de GES. Qui s’étonnera que Michael Sabia, le patron de la Caisse, soit ensuite l’invité d’honneur du cocktail annuel d’Équiterre, deux années consécutives de surcroît?

Et nous n’avons pas parlé de l’appui de M. Guilbeault et d’Équiterre aux budgets d’austérité du Parti Libéral du Québec ainsi qu’à Uber durant le conflit avec les chauffeurs de taxi. La liste est longue.

Le maquillage vert doit cesser

Selon mes recherches, la grande constellation du mouvement environnemental québécois compte environ 300 groupes. Mais si le candidat du PLC dans Laurier-Saint-Marie a déjà partagé leurs valeurs ou leurs revendications, cette époque semble révolue depuis belle lurette. En négligeant de reconnaître publiquement ces écarts, le mouvement environnemental et les médias entretiennent le mythe d’un personnage qui marginalise, et ultimement, nuis aux luttes pour la justice sociale et environnementale. Considérant la gravité de la crise climatique et de l’extinction massive, un peu de discernement serait certainement le bienvenu.

Bruno Massé

- Auteur, géographe et chercheur du mouvement environnemental québécois.

Son plus récent livre : « BUZZKILL », juste ici.

Les opinions reflétées dans ce billet n’engagent que son auteur et ne représentent pas nécessairement celles de la rédaction.
Poursuivez votre lecture...
Environnement
Pourquoi n’avez-vous pas entendu parler d’Autumn Peltier ?
26 septembre 2019
Podcast les ficelles
Les Ficelles - Saison 2
25 septembre 2019