EXCLUSIF

Résiliation d'une bourse offerte par un chroniqueur de Radio X: des propos islamophobes en cause

C'est suite aux questions de Ricochet que la décision a été prise par l'université.
Photo: Colin Rose

Les positions de Reynald Du Berger sur l'origine anthropique du changement climatique ne sont pour rien dans la décision de l'Université Laval.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Lundi 28 octobre, l’Université Laval a décidé de résilier la bourse d’études Reynald Du Berger, qui était destinée à un-e étudiant-e en géologie ou en génie géologique. Le géologue-sismologue et ancien professeur de l’Université du Québec à Chicoutimi s’était engagé à verser 1000 $ par an pendant cinq ans à cette fin.

Bien que M. Du Berger soit connu pour ses positions climatosceptiques (ou plutôt «climato-réalistes», selon lui), la vraie raison de cette résiliation est plutôt à chercher du côté des sorties publiques sur l’islam et les musulmans de M. Du Berger, qui «vont à l’encontre de nos valeurs universitaires d’inclusion et de respect», selon la porte-parole de l’Université Laval Andrée-Anne Stewart.

«Sa position scientifique n’aurait pu justifier à elle seule notre résiliation», tient-elle à préciser. Elle ajoute par ailleurs que les étudiant-es ne seront pas pénalisés.

L’islam est un sujet fréquemment abordé par M. Du Berger dans ses chroniques à CHOI Radio X et sur son blogue.

Par exemple, le 12 octobre 2017, sur les ondes de la populaire radio parlée de Québec, on a ainsi pu l’entendre dire que «dans le Coran, qui est le seul manuel, il n’y a qu’un seul islam. Il n’y a pas d’islam radical, il n’y a pas d’islam modéré, il y a un seul islam qui ordonne [...] à tous les musulmans d’exterminer, par égorgement de préférence, tous ceux qui ne veulent pas adhérer à la doctrine de l’islam.»

Plus récemment, en juin 2019, il racontait dans son blogue avoir servi du porc à une étudiante musulmane à son insu. Du même souffle, il invitait ses lecteurs à servir un certain type de merguez, qui contiennent du porc, à leurs amis musulmans afin que ceux-ci «bien malgré eux, [fassent] un premier pas vers l’assimilation à la culture québécoise». Dans le même texte, il expliquait aussi avoir redirigé vers les toilettes une flèche indiquant la direction de La Mecque, lors d’une nuit passée dans un hôtel iranien. Puis, «pris de remords», il a finalement décidé d’emporter ladite flèche chez lui, où elle fait maintenant office de décoration.

C’est suite à des questions de Ricochet demandant s’il était pertinent pour un établissement accueillant de nombreux étudiants musulmans d’offrir une bourse d’études portant le nom d’un personnage public tenant des propos climatosceptiques et islamophobes, que la Fondation de l’Université Laval a reconsidéré sa décision d’octroyer la bourse Reynald Du Berger.

Ce dernier avait même été invité à une cérémonie pour recevoir le titre de membre gouverneur en raison de l’importance de son don, peut-on lire sur sa page Facebook.

Poursuivez votre lecture...
Environnement
Pourquoi n’avez-vous pas entendu parler d’Autumn Peltier ?
26 septembre 2019
Podcast les ficelles
Les Ficelles - Saison 2
25 septembre 2019