Élections en Grèce

Un peu de soleil sur Athènes

Le mouvement anti-austérité prend le pouvoir en Grèce: quels lendemains pour les Grecs et l'Europe?
Photo: commons.wikimedia.org

Les derniers sondages annonçaient une victoire serrée du parti de gauche Syriza, qui formerait possiblement un gouvernement minoritaire ou de coalition. Les mêmes enquêtes chiffraient à 10% le nombre d'indécis. À la lueur des résultats dévoilés hier soir, ces derniers se sont rangés en grand nombre derrière le parti anti-austérité. Résultat: Syriza aura 149 députés au Parlement d'Athènes. Il formera le gouvernement. Analyse à chaud de ce tremblement de terre politique.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Des millions de citoyennes et citoyens grecs se réveillent ce matin avec en tête le slogan du parti: «L'espoir arrive». Après des années de privations et de luttes, l'optimisme renaît dans ce pays devenu le laboratoire européen de l'austérité. Disons-le clairement: la victoire de Syriza s'explique avant tout par l'échec monumental des politiques de «rigueur budgétaire» imposées par l'Union européenne (UE), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne (BCE).

Un échec économique, d'abord, puisque l'«ajustement structurel» réclamé par les créanciers (baisse du salaire minimum, flexibilisation du marché du travail, augmentation de la taxe de vente, gel du salaire des fonctionnaires, réforme des retraites, etc.) a contribué à creuser le trou dans lequel le pays s'enfonçait déjà. Une situation qui, parmi d'autres, a incité deux économistes du FMI à publier, en janvier 2013, une étude sous forme de mea culpa, reconnaissant avoir sous-estimé l'impact négatif des compressions budgétaires sur la croissance économique de pays comme la Grèce.

Un échec social, ensuite, puisque les mesures d'austérité drastiques imposées par le FMI, la BCE et l'UE ont provoqué une véritable crise humanitaire et sanitaire dans le pays. Entre 2007 et 2009, le taux de suicide a bondi de 20%. Entre 2008 et 2011, le taux de mortalité infantile a augmenté de 40%, parallèlement à une explosion de la toxicomanie, de la prostitution, des maladies transmises sexuellement et de l'itinérance. Pour des milliers de Grecs, les coupes en santé et en services sociaux ont été tout simplement fatales.

Dans ce contexte, il n'est pas étonnant que les mobilisations sociales se soient multipliées depuis 2010: journées de grève nationale, occupations de bâtiments publics, manifestations monstres autour du parlement, etc. Malgré ces mobilisations historiques, le gouvernement grec est resté fidèle aux exigences de la technocratie financière européenne, alimentant ainsi la grogne populaire. Au lieu de refuser l'aventure électorale par crainte de se salir les mains, les forces progressistes de la société grecque ont donc entrepris de reprendre les rênes de leur pays.

L'ascension fulgurante de Syriza

En 2009, à la veille de l'éclatement de la crise, Syriza était encore un parti marginal, n'amassant que 4,6% des voix aux élections législatives. Depuis, sa popularité a monté en flèche, propulsée à la fois par le contexte social explosif et par une légère modération de son discours. En 2012, il constituait déjà la deuxième force politique du pays, tout juste derrière la droite au pouvoir, dépassant ainsi les sociaux-libéraux du PASOK. Une ascension fulgurante qui a culminé, hier, avec une récolte de 36% des suffrages. Ce qui impressionne encore davantage dans ces résultats , c'est la capacité de la formation politique à élargir sa base électorale: selon des chiffres préliminaires, plus de 5% des partisans de la droite (Nouvelle Démocratie) et 9% de ceux du parti social-libéral (PASOK) étaient disposés, dimanche, à appuyer la gauche anti-austérité.

Que dit et que propose Syriza pour ratisser aussi large? Au sujet de la dette nationale, la position est plus nuancée qu'elle ne l'a déjà été, au grand dam, d'ailleurs, de franges plus radicales de la gauche. Le point de départ est simple: les 300 milliards d'euros que doit la Grèce à ses créanciers bloquent tout espoir de relance économique. Le parti propose donc d'en annuler une bonne partie, comme cela a été fait en 1953 dans le cas de l'Allemagne. Il privilégie pour ce faire la voie de la négociation, espérant en arriver à une entente avec les autres pays européens, à tout le moins au sujet d'un moratoire sur le paiement des intérêts, ce qui permettrait à un gouvernement de Syriza d'allouer ces sommes aux deux grands chantiers de son programme: l'aide humanitaire et la stimulation de la croissance.

En ce qui a trait à la relance économique et à l'emploi, Syriza promet notamment la création d'une banque d'investissement, la suppression des taxes foncières pour les petits propriétaires, la suppression des impôts directs pour les revenus de moins de 12 000 euros et la création de 300 000 emplois dans les secteurs privé et public. En parallèle, la formation politique annonce une pléthore de mesures sociales visant à panser les plaies de l'austérité: augmentation du salaire minimum, subventions aux familles destinées à l'alimentation, soins médicaux gratuits pour les chômeurs sans assurance, aide aux retraités, restitution des conventions collectives annulées unilatéralement, etc.

Le début d'une expérimentation politique sans précédent

Sans abuser de superlatifs, il convient de prendre la mesure du caractère historique des élections d'hier. À l'extérieur de l'Amérique latine, il s'agit de la première victoire électorale d'un parti politique ouvertement critique du néolibéralisme et franchement opposé à l'agenda d'austérité. Et cette fois, aucun soupçon d'autocratisme ne peut peser sur la formation politique grecque: sa victoire est claire et sans appel. Sur le vieux continent, il s'agit d'une première défaite démocratique pour la technocratie financière et politique dominée par Berlin. Le peuple grec a clairement refusé de se plier à ses ordres, et les risques de contagion politique sont bien réels. En Espagne, Podemos, le parti-frère de Syriza, est très bien placé en vue de l'élection de cette année, oscillant entre la première et la deuxième place dans les sondages récents. En France, certains leaders de gauche parlent d'un «printemps européen».

Or, pour le parti anti-austérité grec, les difficultés ne font que commencer. Victime d'une campagne intensive de diabolisation menée par ses adversaires et la presse internationale, Syriza aura beaucoup à faire, malgré sa majorité parlementaire, pour mettre son programme en application. Anticipant la victoire de la formation de gauche, les puissants ont déjà commencé leur chantage économique. Certains médias privés ont laissé entendre que le gouvernement ferait main basse sur les épargnes individuelles, et deux banques majeures ont, à une semaine du scrutin, fait une demande de soutien exceptionnel à la Banque centrale européenne (BCE). Pour les hauts dirigeants de Syriza, il ne fait aucun doute qu'on tente ainsi de créer un climat de panique au sein de la population. Force est toutefois de constater qu'après quatre ans de menaces et de sanctions du genre, ces bravades ne fonctionnent plus.

Une victoire pour la politique?

Dans les vox-pop réalisés dans les rues de la capitale et à la sortie de bureaux de scrutin, les électeurs et électrices affichaient un mélange d'espoir et de réalisme. «Tsipras n'arrivera pas à tenir toutes ses promesses. Mais s'il arrive à alléger un peu le fardeau de l'imposition pour les classes moyennes, s'il arrive à remettre sur pied le système de santé publique, ce sera déjà bien!» déclarait une commerçante grecque au quotidien français L'Express. Exaspérés par le renoncement de son élite politique traditionnelle face à la technocratie européenne, les Grecs savent que Syriza ne fera pas de miracles, mais semblent préférer l'aventure de la gauche à la servilité des conservateurs et des sociaux-libéraux, tous deux responsables de la corruption et du gaspillage de fonds publics ayant mené à la crise grecque.

Au final, c'est peut-être la politique elle-même qui est la grande victoire de ces élections. En votant massivement pour Syriza, le peuple grec a refusé le fatalisme et la servilité qu'impose l'agenda néolibéral, ainsi que le discours anti-politique et gestionnaire de l'«adaptation» qui le justifie. Cela ne veut pas dire que tout est possible et les leaders de Syriza, tout comme leurs électeurs, le savent mieux que quiconque. Il faudra beaucoup d'habileté et de force au nouveau gouvernement grec pour sortir son pays du cercle vicieux dans lequel les puissances économiques européennes l'ont enfermé. Porté au pouvoir par un mouvement populaire, le gouvernement Syriza aura besoin d'appuis forts et visibles de la part des mouvements sociaux, dans son affrontement imminent avec les puissances économiques européennes. Au-delà des enjeux juridiques et financiers, la discussion qui s'amorcera en Europe sera de nature politique, et de sérieuses questions de légitimité seront soulevées.

Partout en Occident, ceux qui luttent contre l'austérité et la dépossession ont le regard fixé sur la Grèce. Une page de l'histoire politique du 21e siècle pourrait bien être en train de s'y écrire.

Poursuivez votre lecture...
Psychologie
Comment le concept d’aliénation parentale protège-t-il les droits des pères violents
Céline Hequet
17 mai 2018
Évènement
À quoi sert l’innovation sociale ?
17 mai 2018