COVID-19

Les bars et les restaurants sont d'importants lieux de transmission

Plus importants que les transports en commun, les commerces, les gymnases et les rassemblements dans les maisons privées, selon une récente enquête des Centers for Disease Control des États-Unis
Photo: Needpix.com

Cette constatation contredit les affirmations du lobby des restaurateurs du Québec, qui prétend que les restaurants et salles à manger sont des lieux sûrs où le nouveau coronavirus ne se transmet pas plus qu’ailleurs.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Manger au restaurant augmente le risque de contracter le SRAS-CoV-2 par un facteur de trois, selon le rapport hebdomadaire de la morbidité et de la mortalité des CDC (Centers for Disease Control) publié le 11 septembre. Aller dans un café ou un bar les augmente par un facteur de quatre.

Cette observation donne du poids à la décision du gouvernement du Québec de fermer les restaurants, les bars et les salles à manger pendant 28 jours à compter du 1er octobre dans les zones rouges que sont les régions métropolitaines de Montréal et de Québec, ainsi que la région de Chaudière-Appalache.

Les auteurs du rapport des CDC ont réalisé leur enquête auprès d’adultes qui avaient passé des tests de dépistage dans 11 centres distincts pendant le mois de juillet. Ils ont comparé les comportements des 154 personnes symptomatiques qui avaient eu un test positif avec le comportement de 160 autres personnes qui avaient été testées négatives. Les résultats ont été ajustés pour tenir compte de l’âge, du sexe et de l’histoire médicale.

Les cas positifs étaient plus nombreux à avoir mangé au restaurant pendant les deux semaines précédant leurs symptômes que les cas négatifs. Le «Adjusted Odds Ratio» (aOR) - ou, en français, le «rapport de cotes ajusté» - était de 2,4. Approfondissant l’analyse, les chercheurs ont demandé aux participants si, à leur connaissance, ils avaient eu un contact avec une personne infectée pendant ces deux semaines. Cette donnée pouvait en effet fausser les conclusions: la possibilité de transmission du coronavirus lors d'un contact avec un malade est très forte, peu importe l'endroit. En restreignant l'analyse à ceux qui n’avaient pas eu de tels contacts connus, le facteur de risque passait à presque trois (2,8) pour les participants qui avaient mangé au restaurant. Il était de presque quatre (3,9) pour ceux qui avaient fréquenté un café ou un bar.

«La participation à des activités et la fréquentation de lieux où il est difficile de porter les masques et de garder la distanciation physique, comme les établissements qui offrent de la nourriture et des boissons sur place, peuvent constituer d’importants facteurs de risque de contracter la COVID-19», écrivent les auteurs.

Au départ, leurs recherches ne portaient pas spécifiquement sur les restaurants et les bars. Ils ont posé une foule de questions aux quelque 300 participants pour savoir ce qui avait distingué les comportements de ceux qui avaient été infectés, et les comportements de ceux qui ne l’avaient pas été. Ils leur ont ainsi demandé s’ils s’étaient rendus dans des magasins, des bureaux, des salons de coiffure, des gymnases, des églises, ou encore s’ils avaient utilisé le transport en commun au cours des deux semaines précédant les tests de SRAS-CoV-2. Ils leur ont également demandé s’ils avaient participé à des rassemblements de 10 personnes ou moins à la maison, ou de 10 personnes ou plus. Concernant les bars, les cafés et les restaurants, ils leur ont demandé si, lors de leur passage, les clients portaient le masque et respectaient la consigne de distanciation physique.

Parmi tous les lieux, c’est la fréquentation des restaurants et des bars qui s’est révélée la plus risquée. Elle l’était beaucoup plus que la présence à des rassemblements à la maison (voir le tableau à la page 1262 du rapport intitulé «Community and Close Contact Exposures Associated with COVID-19 Among Symptomatic Adults > 18 Years in 11 Outpatient Health Care Facilities – United States, July 2020»).

Les porte-parole des bars et des restaurants du Québec ont pourtant affirmé sur tous les toits, le lundi 28 septembre, que la fréquentation de leurs établissements ne posait pas de risques. Ils ont condamné comme injuste et insensée la décision du gouvernement québécois de les fermer pour un mois dans les zones rouges.

«La décision de refermer les salles à manger semble n’avoir aucun lien avec les conditions réelles d’éclosions dans les restaurants et cela rend encore la décision plus difficile à avaler», a déclaré David Lefebvre, de Restaurants Canada. «Malgré des efforts colossaux, il semble qu’on ait décidé que la restauration fait partie des coupables et qu’on doit en faire un bouc-émissaire.»

L’Association Restauration Québeca plaidé «que les restaurants faisaient partie de la solution pour contrôler la pandémie. Ils offrent en effet à la clientèle un environnement supervisé et encadré, respectueux des directives sanitaires, que les policiers et la Santé publique sont en mesure de surveiller, ce qui n’est pas le cas quand les gens se rassemblent à la maison».

Christine Fréchette, PDG de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal, a affirmé que les foyers d’éclosions «sont ailleurs» que dans les restaurants. Peter Sergakis, président de l’Union des tenanciers de bars du Québec a qualifié de «irresponsable et injuste» la décision du gouvernement québécois.

Bien entendu, l’étude des CDC porte sur des restaurants aux États-Unis, et non au Québec. Les restaurateurs et les tenanciers de bars québécois assurent qu’ils font respecter les consignes de sécurité, comme le port du masque et la distanciation physique. Mais une récente tournée par l’auteur de ces lignes a plutôt permis de constater que plusieurs établissements les respectaient peu, et, dans le cas des bars, pas du tout.

Poursuivez votre lecture...
Politique fédérale
Nouvelle élection, nouvelle saison du Plancher des vaches!
Ricochet
20 août 2021
L'Afghanicide 2/3
La victoire des marchands de mort
Martin Forgues
26 août 2021
Au Liban, l'environnement sacrifié (1/3)
Désastre écologique dans le fleuve Litani et le lac Qaraoun
9 août 2021