États-Unis

Tentative de putsch au Capitole : fatigue démocratique et début d’une insurrection?

Ted Eytan

La question se pose aujourd'hui, à la lumière de nombreuses vidéos partagées hier sur les réseaux sociaux : et si les brèches de sécurité avaient été délibérées?

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Ça sonne très « complotiste » vous direz, mais c’est une hypothèse loin d’être farfelue.

Dans l’une de ces vidéos, on voit des policiers du Capitole enlever les barrières de métal pour laisser entrer des dizaines de putschistes – car c’est bien de cela qu’il s’agit, et non des « manifestants » comme le répètent depuis hier de nombreux médias encore incapables d’appeler un chat un chat. D’autres se sont livrés à des séances de selfies empreintes d’une apparente et dérangeante camaraderie.

Autre question : où était la Garde Nationale du District de Columbia? Un peu partout, on évoquait des raisons logistiques propres à la nature de la Garde nationale, dont les membres sont militaires à temps partiel. Pourtant, elle avait été mobilisée à Washington en amont des manifestations du mouvement #BlackLivesMatter en juin dernier. À Portland, Trump a même ordonné l’envoi de « troupes fédérales » armées jusqu’aux dents, non-identifiées et sous le contrôle officieux de son sous-fifre de procureur général, Bill Barr.

Au plus fort des manifestations déclenchées par le meurtre brutal de George Floyd, près de 17 000 gardes nationaux étaient mobilisées dans différents États, le même nombre de militaires que ceux occupant la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan.

Fait intéressant : contrairement aux gardes nationales des états qui sont sous la juridiction des gouverneurs, celle du District de Columbia est sous le commandement direct du Président. Mais il aura fallu une rencontre au sommet entre Mike Pence, Nancy Pelosi, Chuck Schumer (leader de la minorité au Sénat) et le secrétaire à la défense Christopher Miller pour activer la Garde... une rencontre avec un président in abstentia.

Trump l’a souvent répété au cours de son règne : il clamait avoir le soutien de l’armée, de la police, des « durs à cuire » du pays... même celui des motards – étrange et intéressante spécification quand même, mais je digresse. On ne compte plus les fois où, sur les réseaux sociaux, on a vu des policiers laisser libre cours à la sauvagerie des militant.e.s d’extrême-droite, dont Kyle Rittenhouse, le petit fasciste qui a abattu des manifestants à Kenosha au Wisconsin. Il a demandé aux Proud Boys, groupuscule d’incels devenu une véritable secte néo-nazie (Des « paradeurs folkloriques », dirait Mathieu Bock-Côté), de « se tenir prêts » à la fin du deuxième débat présidentiel. En août dernier, The Guardian rapportait que de nombreux corps policiers avaient été infiltrés par des groupes d’extrême-droite.

Tout ça encourage à méditer sur ces questions en attendant les faits.

Insurrection

Et malheureusement, cette tentative de coup d’État fasciste, sans soutien de l’armée ni véritable leadership, mènera vraisemblablement à une insurrection, à défaut d’une guerre civile à proprement parler – très peu de chances, donc, d’assister à un remake de la Guerre de Sécession. Mais je ne serais pas surpris que des centaines de vies innocentes soient fauchées par la folie meurtrière d’un nouveau Timothy McVeigh.

Trump et ses sbires disposent d’une immense base de soutien fanatique, largement armée et prête à en découdre malgré le désavantage tactique. Ils ont à leur service une gigantesque machine de propagande au budget milliardaire : One America News Network, Newsmax, Breitbart.

Ils peuvent compter sur la parole influente des Tucker Carlson, Sean Hannity (qui disait encore hier que les putschistes étaient « largement pacifiques »), Alex Jones, pour ne nommer que ceux-là. Ils ont la bénédiction des pasteurs-icônes de la droite chrétienne qui ont fait de Trump une véritable figure messianique et qui feront des Proud Boys et autres les talibans américains.

Et contrairement à Black Lives Matter qu’on accuse à tort de violence extrême, leur cause n’est objectivement pas juste : un retour à une Amérique franchement suprémaciste, blanche et christiano-fasciste. Celle d’après Jim Crow et d’avant Malcolm X. Celle qui serait au diapason de la nébuleuse d’extrême-droite européenne, mais possédant l’arme nucléaire.

« L’armée de Trump » est désormais en marche. Peu importe ce qui se concrétisera, nous assisterons probablement à l’inévitable chute finale de l’Empire américain de notre vivant.

Poursuivez votre lecture...
Les Ficelles
OD chez nous : Épisode pré-saison
5 septembre 2020