Forces de l'ordre

Un policier du Service de Police de Montréal aurait tenu des propos injurieux et homophobes

Le policier impliqué dans l'affaire Camara aurait un parcours sinueux au sein du corps policier.
Photo: Inconnu

Des allégations selon lesquelles le policier Sanjay Vig aurait eu un comportement abusif font surface.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

L’organisme No Borders Media est en mesure de confirmer que les policiers de Montréal qui auraient tenu les propos homophobes, comme rapporté dans un article de CTV daté du 5 juin 2018 sont Sanjay Vig et Mathieu Chassé. Cette information est confirmée par la victime elle-même, Robert Mostaway, qui a été la cible d’insultes homophobes de la part de ces policiers lors d’un contrôle de circulation.

Rappelons que Sanjay Vig est le policier du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui aurait été désarmé et battu, et sur qui on aurait tiré (sans l’atteindre) à la suite d’un contrôle routier de routine dans le quartier Parc-Extension le 28 janvier 2021. Son prétendu assaillant Mamadi Fara Camara a d’abord été arrêté, détenu et accusé de tentative de meurtre dans cette affaire, mais a été libéré et est maintenant disculpé de tout lien avec l’agression et la tentative de meurtre présumées sur Sanjay Vig.

Néanmoins, le domicile de Camara a été saccagé par le SPVM lors d’une perquisition survenue après son arrestation et laissé dans le plus grand désordre. Camara a lui-même été blessé au visage lors de son arrestation brutale.

Un autre incident impliquant le policier Vig – un contrôle routier et des insultes homophobes – s’est produit au coin des avenues du Parc et Beaumont dans le quartier Parc-Extension le 31 mai 2018.

Selon la victime, Robert Mostaway, l’agent Vig l’aurait traité de «f* cking f* ggot» [ost* e de t* pette] et son superviseur, l’officier Chassé, l’a ensuite traité de «f* cking b* tch» [cr* sse de s* lope].

En plus de ces insultes homophobes, l’agent Sanjay Vig a déjà été sanctionné pour avoir enfreint le code de déontologie policière lors d’un autre incident impliquant également un contrôle de circulation, en juillet 2012. Il a en effet été suspendu sans solde pendant deux jours en raison de sa mauvaise conduite envers un chauffeur arabe. Lors de cet incident, Vig avait indûment demandé à la victime de lui remettre de l’argent liquide sans avoir au préalable donné de contravention. Il avait aussi procédé à une arrestation illégale et avait utilisé une force abusive. Le policier Mathieu Chassé était également impliqué dans cette affaire : il avait soutenu l’agent Sanjay Vig en tant que témoin. Les décisions du Comité de déontologie policière dans ces affaires sont accessibles ici et ici.

Vig a la réputation d’être un policier agressif dans le quartier Parc-Extension, de nombreux·ses habitant·es faisant référence, de manière confidentielle, à des interactions négatives avec l’agent. Mais à la suite de l’incident présumé au cours duquel Vig aurait été blessé et qui a entraîné l’arrestation et la détention injustifiées d’une personne innocente, de nombreux médias montréalais ont offert un espace pour faire l’éloge de Vig. Par exemple cet article d’opinion lèche-cul auquel le quotidien La Presse a consacré une tribune et cet article du Journal de Montréal qui fait référence à une seule «tache» dans la carrière policière de Vig. De manière générale, les médias ont omis d’enquêter sur le comportement réel de Vig en tant que policier et sur la complicité de ses collègues, de ses supérieur·es et des procureur·es.

En collaboration avec No Borders Media

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et n'engagent nécessairement pas le média.
Poursuivez votre lecture...
Politique fédérale
Nouvelle élection, nouvelle saison du Plancher des vaches!
Ricochet
20 août 2021
L'Afghanicide 2/3
La victoire des marchands de mort
Martin Forgues
26 août 2021
Au Liban, l'environnement sacrifié (1/3)
Désastre écologique dans le fleuve Litani et le lac Qaraoun
9 août 2021