Policiers, vous vous mettez en souricière

Photo: commons.wikimedia.org

Messieurs les agents, Mesdames les agentes, je dois vous avouer que je ne vous comprends pas. Depuis le début de la grève étudiante contre l’austérité, je vous vois à la télévision les gazer, les poivrer, les frapper, leur foncer dessus, les arrêter violemment et même les mordre avec vos chiens. Je ne comprends pas ce que vous cherchez à faire avec vos actions. Si les étudiants et étudiantes continuent à manifester de façon non violente malgré vos agressions de plus en plus violentes, vous allez faire quoi? Continuer de les battre jusqu’à ce que certains se fassent estropier de façon permanente? Que certains se retrouvent dans le coma? Qu’il y ait un mort?

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Par vos actions, vous cherchez quoi? Convaincre les gens que contester l’austérité de façon non violente ne peut pas se faire au Québec? Vous voulez qu’ils contestent l’austérité de façon violente? Vous voulez que l’austérité ne soit pas contestée? Dans les deux cas, vos attaques contre vos concitoyens qui manifestent sont des attaques contre vous-mêmes.

Vous êtes aussi des victimes de l’austérité que dénoncent les manifestations que vous battez. Comme la majorité des Québécois, ça vous coûtera plus pour la garderie, vos taxes scolaires et municipales augmenteront, l’Hydro sera plus cher, vous attendrez plus longtemps à l’urgence, vos enfants auront moins de services dans les écoles, etc.

En plus de l’austérité que tout le monde subit, vous vivez l’austérité de façon particulière comme policiers. D’abord, le gouvernement libéral a coupé de façon importante dans vos retraites, faisant disparaître au passage le peu de droit à la négociation collective qu’il vous restait. Vos prochaines négociations de convention collective seront difficiles alors que le maire Coderre annonce qu’il veut couper 10% de votre rémunération. On a aussi appris récemment que 250 postes de policiers au SPVM vont disparaître dans les 5 prochaines années. D’autres coupures de postes s’ajouteront sûrement. Finalement, les mesures d’austérité vont nourrir la pauvreté et augmenteront son intensité. La tâche de faire disparaître l’aspect visible de la pauvreté de nos rues que nos élites politiques et économiques vous confient sera de plus en plus difficile à accomplir.

L’austérité vous appauvrit autant en diminuant vos revenus qu’en augmentant vos dépenses. L’austérité fait aussi que vous devrez faire un travail de plus en plus intense, de plus en plus difficile, avec de moins en moins de collègues et de ressources. Les manifestants à qui vous faites la guerre refusent d’accepter cet appauvrissement individuel et collectif.

J’espère que vous aimez beaucoup porter vos pantalons ridicules et frapper sur les manifestants parce qu’avec votre stratégie d’obéir avec zèle aux dirigeants qui cherchent à vous appauvrir et à nous appauvrir tous, vous n’êtes pas près de prendre votre retraite…

Poursuivez votre lecture...
Enquête exclusive
Youri Chassin, la CAQ et le lobby du pétrole (1)
André Noël
18 septembre 2018
Élections provinciales 2018
La santé vue par Ruba Ghazal et Adis Simidzija
20 septembre 2018