La Romaine

Les Innus se mobilisent contre le projet de la Romaine

Les Innus de Natashquan dénoncent le non-respect de l'entente Nanemessu-Nutashkuan
Photo: en.wikipedia.org

Depuis mercredi le 15 juillet, les Innus de Nutashkuan tiennent un blocage ferme sur le chemin d'accès au chantier hydroélectrique de la rivière Romaine. Le droit de passage a toutefois été accordé aux travailleurs de la Côte-Nord et aux véhicules d'urgence. Initié par le conseil de bande de Nutashkuan, le blocus est également soutenu par le conseil de bande d'Ekuanitshit. Ce qui est réclamé: le déboisement intégral des réservoirs qui seront bientôt inondés.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

En entrevue, le chef du conseil de bande de Nutashkuan, Rodrigue Wapistan, conteste la mise en œuvre du projet de la Romaine. Celle-ci ne respecterait pas les ententes prises avec la communauté: «On a appris que 50% des territoires inondés ne seront pas déboisés. Ce qui fait que dans 10 ans, on va se ramasser avec du mercure dans les réservoirs à cause de la décomposition des arbres», explique-t-il. Pour l'instant, seul le réservoir numéro 2 a été inondé, et Hydro-Québec planifie toujours inonder les réservoirs 1, 3 et 4 de la même façon.

La présence de mercure dans les réservoirs sera dommageable pour les prochaines générations d'Innus: «Nous, on est des chasseurs et des pêcheurs. Quand nos jeunes vont aller pêcher dans 10-15 ans, ils vont s'empoisonner à force de manger le poisson de ces réservoirs-là», ajoute-t-il. Rodrigue Wapistan réclame une rencontre avec le premier ministre afin de régler la question: «Je veux parler à Philippe Couillard et je veux qu'on règle ça ici, à Havre-Saint-Pierre», dit-il.

«Nous, on est des chasseurs et des pêcheurs. Quand nos jeunes vont aller pêcher dans 10-15 ans, ils vont s'empoisonner à force de manger le poisson de ces réservoirs-là»

L’entente Nanemessu-Nutashkuan, établie en 2008 entre Hydro-Québec et le conseil de bande de Nutashkuan, constituait le socle de l’acceptation du projet Romaine par les Innus de Nutashkuan. Entre autres, elle prévoyait le déboisement complet des réservoirs hydroélectriques. Les contrats de déboisement devaient être laissés aux Innus de Nutashkuan, ce qui n’est plus le cas étant donné la réduction de la superficie à déboiser.

Émile Duchesne

Pour l'instant, le blocus est fort de l'appui des conseils de bande des neuf communautés innues. Le chef de la communauté d'Ekuanitshit et plusieurs membres de sa communauté étaient d'ailleurs sur les lieux pour appuyer le blocus. «Aujourd'hui, environ 100 personnes sont venues bloquer la route avec nous. On s'attend à ce qu'il y en ait pas mal plus jeudi. Ça va être notre grosse journée», affirme Rodrigue Wapistan. Des syndicalistes de la Côte-Nord sont également venus supporter le blocus. Ces derniers ont également tenu des blocages à trois endroits simultanément il y a quelques semaines.

«Aujourd'hui, environ 100 personnes sont venues bloquer la route avec nous. On s'attend à ce qu'il y en ait pas mal plus jeudi. Ça va être notre grosse journée»

Les Innus n'en sont pas à leur premier blocus concernant le projet de la Romaine: «En tant que chef, c'est le deuxième blocage que j'organise. Le premier était pour contester la construction d'un pont sur la rivière Nutashkuan. Sinon, à titre personnel, j'en suis à mon quatrième», réplique fièrement le chef Wapistan.

Les policiers de la Sûreté du Québec et de la sécurité industrielle d'Hydro-Québec sont présents sur les lieux depuis mercredi matin. Lorsqu'on demande au chef s'il a peur d'une opération policière, il répond: «Nous, on n’a pas peur. On est prêts, un point c'est tout. Je n'ai pas besoin de dire qu'on est là pour rester», assure Rodrigue Wapistan.

Poursuivez votre lecture...
Débat sur la laïcité
Laïcité et fleurdelisé
André Noël
16 octobre 2018