Gaza

Casseroles et carrés blancs pour la Palestine

Des milliers de personnes manifestent à Montréal

Quelques milliers de personnes venues de tous les horizons ont manifesté hier en solidarité avec les Palestiniens, tandis que les attaques perpétrées par l’armée israélienne continuent sur la bande de Gaza. Québécois et visiteurs, musulmans et juifs, membres d’organismes communautaires et simples citoyens en plus d’un contingent de Québec Solidaire étaient rassemblés en fin d’après-midi sur le Plateau Mont-Royal.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

« En tant que citoyen canadien, je veux dénoncer les injustices qui sont commises au peuple palestinien », s’exclame Mohamed, étudiant en économie et politique à l’Université de Montréal, venu se mêler à la foule de façon spontanée. L’étudiant a profité de l’occasion pour souligner non seulement les bombardements de civils qui durent depuis une semaine, mais aussi « le blocus imposé par Israël qui a de lourdes conséquences sur la population palestinienne ». Plus loin, des jeunes manifestantes distribuaient des carrés blancs aux participants. « C’est comme le carré rouge, mais il est blanc, pour symboliser la paix », explique la jeune Shami.

Des dizaines de juifs hassidiques déferlaient aussi avec des banderoles appelant au démantèlement pacifique de l’État israélien. « Je suis ici aujourd’hui en tant que religieux juif avec mes collègues, a expliqué à Ricochet le rabbin Dovid Feldman du regroupement des Juifs unis contre le sionisme. Ce qui se passe à Gaza est un désastre, et malheureusement, ceci est fait au nom des Juifs. Mais ceci n’est pas la voix du judaïsme. Dans les derniers jours, des milliers de personnes du monde entier se sont levés, y compris des juifs, pour condamner les actions de l’armée israélienne, qui violent non seulement le droit international, mais aussi la loi juive » a-t-il affirmé, alors qu’une dame âgée portant le voile venait le saluer.

De leur côté, les représentants de Québec Solidaire ont dénoncé la position du gouvernement Harper en faveur d’Israël. « Lorsque Harper dit parler au nom des Canadiens, c’est faux. Moi ma parole dit : libérez la Palestine, libérez Gaza! », s’est exclamée la députée de Québec Solidaire Manon Massé, entourée de militants munis de leurs casseroles. Le coporte-parole du parti Andrés Fontecilla déplore quant à lui l’inertie de la plupart de ses collègues à l’Assemblée nationale. « Sur la scène québécoise, ni le Parti libéral ni le Parti québécois ne se sont prononcés. Du côté fédéral, Justin Trudeau a pris clairement position en faveur de l’offensive israélienne et contre la population de Gaza, donc pour l’instant, nous faisons cavalier seul en solidarité avec les Palestiniens », a-t-il noté.

Interrogé sur le rôle du Canada dans le conflit, le spécialiste du Proche-Orient et professeur de sociologie à l’UQAM Rachad Antonius n’y allait pas avec le dos de la cuillère. En entrevue avec Ricochet ce matin, il a vivement dénoncé l’attitude du gouvernement canadien de « soutenir les politiques d’extrême-droite en Israël plutôt que de se rallier avec les nombreux intellectuels pacifiques ». Selon lui, le gouvernement canadien a une politique en appui « totale et inconditionnelle » à l’occupation israélienne et à la violence qui en découle. « L’élite politique canadienne et québécoise appuie le projet de colonisation israélienne. Pas un seul éditorialiste n’a demandé à Israël de quitter les territoires occupés en respect de la Convention de Genève, par exemple. Même dans les grands journaux d’Israël on se permet plus de critiques. Ici, on a une langue de bois », a-t-il conclu.

Poursuivez votre lecture...
Psychologie
Comment le concept d’aliénation parentale protège-t-il les droits des pères violents
Céline Hequet
17 mai 2018
Évènement
À quoi sert l’innovation sociale ?
17 mai 2018