Liberté d'expression

Le droit d’être méchant a un prix

Photo: Licurgo

Si la loi doit tolérer que des propos dérangeants soient émis dans l’espace public, la société civile, elle, a le devoir de se mobiliser lorsque certains dépassent les bornes : en matière de liberté d’expression, la force de la mobilisation citoyenne et la vigilance du débat public doivent être proportionnelles à la tolérance de l’État.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

La « liberté d’expression » fait partie des idées acceptées par tous, mais dont l’application suscite inévitablement la controverse. Le dépôt du projet de loi 59 sur la « lutte contre les discours haineux » et la poursuite du « Petit Jérémy » contre l’humoriste Mike Ward nous l’ont rappelé. Ces deux débats diffèrent, mais ils suscitent le même genre d’appel à une plus grande régulation législative de l’espace public. Il faudrait, semble-t-il, que l’État intervienne davantage pour taire les propos dégradants et haineux. Trop souvent, j’ai l’impression que ces propositions se fondent sur une confusion majeure entre ce qui doit relever du contrôle de l’État et ce qui doit relever de la vigilance de la société civile. Si j’estime pour ma part que le premier doit tolérer certains excès, c’est justement parce je crois que nous devons miser sur la seconde pour les combattre et les réfuter.

Ce n’est donc pas par sympathie pour les intolérants que je m’oppose aux restrictions supplémentaires à la liberté d’expression proposées par le projet de loi 59. Si je juge abusive la poursuite du jeune Jérémy Gabriel, ce n’est pas non plus parce que j’ai trouvé drôles les blagues de Mike Ward. C’est simplement parce que je crois que dans ces affaires – et seulement dans ces affaires! – le débat public – respectueux et avisé – est un meilleur « tribunal » qu’une cour de justice.

On dit souvent que la tolérance d’une société de droit se mesure à sa capacité à « tolérer les intolérants ». Mais cela ne signifie pas qu’il faille les applaudir, ni leur foutre la paix, bien au contraire! La liberté d’expression, c’est aussi la liberté de dénoncer, de condamner et surtout de se mobiliser collectivement pour pointer du doigt ceux dont on trouve qu’ils dépassent les bornes. Signer une pétition contre un prédicateur extrémiste, boycotter les spectacles d’un humoriste ou manifester sur les lieux d’une conférence, c’est faire de la politique, c’est faire vivre la démocratie. Il s’agit de la meilleure réponse à opposer aux propos malveillants, antidémocratiques et inégalitaires. Si nous avons besoin de l’État pour réguler les propos émis dans l’espace public, c’est parce que nos mobilisations (ou nos convictions) sont trop faibles. Ainsi, lorsque Françoise David suggère d’étendre le projet de loi 59 aux propos appelant à la haine des femmes, je ne peux m’empêcher de croire que l’espace public – et la lutte pour l’égalité – serait beaucoup mieux servi par un débat franc et des confrontations politiques réelles que par l’intervention d’un juge ou d’un policier.

On dit souvent que la tolérance d’une société de droit se mesure à sa capacité à « tolérer les intolérants ». Mais cela ne signifie pas qu’il faille les applaudir, ni leur foutre la paix, bien au contraire!

L’affaire RooshV : un exemple de mobilisation réussie

L’été dernier, la venue à Montréal d’un blogueur antiféministe et misogyne surnommé RooshV a fait couler beaucoup d’encre, et avec raison. Le détestable personnage faisait sans détour la promotion de la légalisation du viol domestique. Ces propos rétrogrades et violents ont suscité une mobilisation importante dans les milieux féministes, et l’enjeu a occupé le débat public pendant plusieurs jours. Les pétitions, manifestations et prises de parole se sont multipliées, si bien que le maire de Montréal a pris la peine de condamner publiquement la venue du blogueur dans la métropole. Denis Coderre rappelait alors que les opinions nauséabondes de RooshV entraient en contradiction avec les valeurs des Montréalais. Ainsi, non seulement la visite du blogueur s’est déroulée dans la désapprobation générale, mais elle a suscité un débat réel sur la persistance, au sein de notre société, de préjugés sexistes et misogynes.

Si une loi avait permis de refouler RooshV à la frontière, nous n’en aurions probablement beaucoup moins entendu parler. Les responsables politiques n’auraient pas été forcés de prendre position, et les médias auraient sans doute ignoré l’affaire. Je vois dans cet épisode un bel exemple des bienfaits de la mobilisation citoyenne en matière de liberté d’expression : accepter que la loi tolère des types comme RooshV ne signifie en rien qu’il faille le laisser tranquille. Au contraire, cela nous donne en retour le droit, voire le devoir, de le pointer du doigt, de le dénoncer et de se mobiliser pour répondre à ces opinions répugnantes, voire pour convaincre ceux qui l’accueillent de lui retirer sa tribune, et ceux qui boivent ses paroles de ne plus l’écouter.

La liberté d’expression, mais pour quoi faire?

Si la liberté d’expression est garantie par l’État, c’est précisément pour protéger les opinions hétérodoxes et controversées, les personnalités dérangeantes. Si nous étions tous d’accord sur la finesse de l’humour de Mike Ward ou sur la profondeur des paroles de Action Bronson, nous n’aurions pas besoin de lois garantissant à tous la liberté de s’exprimer. D’ailleurs, les « propos haineux » sont déjà formellement interdits au Canada. Appeler à la violence ou à la haine contre un groupe ciblé est un acte criminel. Cela est une bonne chose. Or, le projet de loi actuellement sur la table à Québec cherche à ajouter de nouvelles restrictions à cet égard, de manière floue et ambigüe. Je ne vois pas en quoi ces restrictions sont nécessaires. Je suis de ceux qui préfèreront toujours une « trop grande » liberté d’expression à une liberté trop restreinte de s’exprimer.

Que la loi retire la parole à quelqu’un, qu’un tribunal ordonne à un citoyen d’en dédommager un autre pour une mauvaise blague, ou que la police refuse quelqu’un à la frontière sur la base de ses opinions n’est une bonne nouvelle pour personne. Le droit peut réguler le débat public, mais il ne change pas les mentalités : en utilisant la force de la loi pour purger l’espace public des éléments dérangeants, le monde ne devient pas moins violent, ni plus tolérant. En aseptisant le débat politique au lieu de le dynamiser, on alimente un fantasme de contrôle qui n’a rien de rassurant.

Que la loi retire la parole à quelqu’un, qu’un tribunal ordonne à un citoyen d’en dédommager un autre pour une mauvaise blague, ou que la police refuse quelqu’un à la frontière sur la base de ses opinions n’est une bonne nouvelle pour personne.

L’espace public n’a pas à être un lieu amical, lisse et gentil. Il arrive que des propos durs ou blessants y soient prononcés. La solution la plus facile est de les interdire par une loi. La solution la plus courageuse – et la plus démocratique! – est de les combattre par la mobilisation et le débat politique. Le droit d’être méchant existe, mais il a un prix : celui de devoir se justifier publiquement et de devoir affronter les foudres de ceux que l’on dénigre. Au lieu de demander à l’État ou aux juges de trancher entre ce qui est acceptable ou non, je suggère que nous travaillions sans relâche à ce que ce prix soit le plus élevé possible.

Poursuivez votre lecture...
Débat sur la laïcité
Laïcité et fleurdelisé
André Noël
16 octobre 2018