Le déni de l’islamophobie est une imposture

Photo: LIEU SONG

Nous avons lu et entendu plusieurs personnes se dire stupéfaites devant l’adoption à l’unanimité par l’Assemblée nationale d’une motion condamnant l’islamophobie au Québec. Plusieurs ont attaqué l’utilisation même du mot islamophobie. Ils affirment, à juste titre, qu’il prête le flanc à de mauvais usages puisqu’il est mal construit d’un point de vue sémantique et qu’il est employé par certains pour condamner toute critique de l’Islam.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

De quoi parle-t-on exactement? L’islamophobie est le rejet de l’Autre considéré comme radicalement différent, réduit à quelques caractéristiques soi-disant essentielles qui le rendraient inférieur à « nous », en fonction de son lien réel ou présumé à la religion musulmane.

Il est incorrect de faire appel au terme islamophobie pour faire taire toute critique de la religion musulmane. Mais est-ce que les mésusages invalident le phénomène auquel se réfère le mot? Faudrait-il ainsi bannir tous les mots susceptibles d’être détournés? Bien sûr que non.

Il est incorrect de faire appel au terme islamophobie pour faire taire toute critique de la religion musulmane.

Prenons le mot « antisémitisme », qui réfère au racisme envers les personnes juives. Ce terme peut être instrumentalisé pour faire taire les critiques de la politique coloniale de l’État israélien. C’est un usage erroné. Le mot antisémitisme reste pourtant absolument indispensable pour désigner une forme de racisme qui, comme toute forme de racisme, est odieuse, vise une partie spécifique de la population, divise et empoisonne les sociétés où elle sévit.

D’autres cherchent à invalider l’islamophobie sous prétexte que le mot aurait été inventé par des mollahs iraniens afin d’interdire tout blasphème. C’est faux. D’abord, jusqu’à récemment, il n’y avait pas d’équivalent à ce mot en persan et lorsqu’on creuse un tant soit peu, on s’aperçoit qu’il a été utilisé dès 1910 par des orientalistes français spécialistes de l’islam ouest-africain.

Pour d’autres encore, le suffixe « — phobie » implique de définir l’islamophobie comme une peur irraisonnée, en évacuant les dimensions de la haine, du rejet et du racisme. Selon eux, la peur n’est pas condamnable, donc le terme est erroné. S’il est vrai que la construction sémantique du mot n’est pas idéale, faudrait-il bannir également des mots aussi essentiels que xénophobie, négrophobie ou homophobie, sous prétexte qu’ils sont construits avec le même suffixe?

Dépassons ces polémiques sans fin et parfois douteuses sur le terme d’islamophobie – et focalisons sur la réalité de plus en plus alarmante qu’il désigne.

Dépassons ces polémiques sans fin et parfois douteuses sur le terme d’islamophobie – et focalisons sur la réalité de plus en plus alarmante qu’il désigne.

La motion contre l’islamophobie votée à l’Assemblée nationale est historique dans la lutte contre la xénophobie envers les musulmans au Québec. Elle arrive dans un contexte d’une grande violence dans le débat public. Durant les jours précédents la motion, nous avons observé :

Un déferlement de vidéos islamophobes et racistes incitant à la haine sur les réseaux sociaux

La manifestation en plein centre-ville sur St-Catherine d’un groupe fasciste comme Pegida qui appelle régulièrement à déporter les Québécois de confession musulmane

— Des appels à ne pas accueillir des réfugiés musulmans puisqu'ils sont incompatibles avec le Québec, voire un « fléau », ou simplement de la « marde »....

L’agression en plein jour d’une femme enceinte voilée par deux ados dans les rues d’Anjou.

Imaginons une manifestation qui appellerait à déporter les Québécois gais...

L’islamophobie, comme l’homophobie, est avant tout un vécu pour les personnes qui en sont victimes. La douleur qu’elles vivent mérite de ne pas tomber dans les calculs politiques mesquins ou dans les sophismes grossiers. Par conséquent, il fallait condamner d’une seule voix l’islamophobie, les appels à la haine et à la violence envers les Québécoises et les Québécois de confession musulmane. Cette motion ne dit pas que le peuple québécois est raciste. Au contraire, elle affirme clairement que pour la nation québécoise, la lutte contre l’islamophobie est un enjeu qui dépasse les calculs partisans. Les élus l’ont fait. C’est tout à leur honneur. Nous les saluons.

Haroun Bouazzi, coprésident, Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec

Marwan Mohammed, Sociologue, chargé de recherche au CNRS, France

Michel Seymour, Professeur, département de philosophie de l’Université de Montréal

Poursuivez votre lecture...
Débat sur la laïcité
Laïcité et fleurdelisé
André Noël
16 octobre 2018