Le pays dont je rêve n'existe pas

Photo: peupleloup

Le pays dont je rêve n'existe pas dans la tête des chefs de chacun des partis politiques de ce pays.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

Le pays dont je rêve n'existera tant et aussi longtemps que cette société restera assise confortablement sur la tête de mon peuple.

Je ne m'appellerai pas Uapukun (Fleur), Shikuan (Printemps), Shatshitun (Amour), Maikan (Louve) tant et aussi longtemps que cette société ne saura apprendre l'enseignement de ce territoire fragile.

Le pays dont je rêve n'existe pas encore que déjà on le salit en frottant ses chaussures sales sur sa tête.

Le (faux) pays que j'observe ne reconnaît pas son peuple d'origine, sa matière d'origine, sa propre terre d'origine.

Le sang indigène coulé dans le béton des villes ne cesse de crier et de grincer des dents - c'est ce qu'ils voulaient dire par les enfers - au fond de sa détresse sa mémoire organique

Le (faux) pays que j'observe ne sait pas mentir.

Le (faux) pays que j'observe se pète les bretelles avec l'argent des armes et du pétrole dans les poches et dans la bouche et dans les oreilles et dans les yeux.

Le (faux) pays que j'observe n'est digne de personne. Il ne sait pas vivre. Il ne sait pas dire le mot terre.

Ne sait pas dire le mot peuple.

Il ne sait ce qu'est un peuple et un chef d'un peuple.

Le pays dont je rêve, je l'observerai dans mes songes entre les aurores et les étoiles, le vieux pays mien perdu.

Le pays dont je rêve, je l'observerai au creux des rapides en rêvant à mon voyage annuel vers le lieu de ma naissance.

Le pays que je connais est enterré sous le mensonge.

Le pays que je connais ne sait plus crier.

Le pays que je connais a donné sépulture à mes ancêtres.

Le pays que je connais est digne de lui-même.

Le pays que je connais je le pleure la nuit quand je crains le demain et le lendemain.

Le pays que je connais je l'espère.

Le pays que je connais sait dire si je suis.

Le pays que je connais n'existe pas.

Poursuivez votre lecture...
Harcèlement sexuel
La «liberté d’importuner», ce droit fondamental
Raphaëlle Corbeil
11 janvier 2018
politique municipale
Budget Plante: les propriétaires doivent-ils presser le bouton «panique»?
Céline Hequet
11 janvier 2018