Langue française

La fille que Renaud est avec

Photo: stux

Au XIXe siècle, les lettrés canadiens-français, ceux-là mêmes qui avaient décidé que, pour se défendre contre l'assimilation anglaise, il fallait qu'on parle comme des Français, ont instauré une technique d'étymologie révolutionnaire, très simple, très pratique, et complètement absurde. Il s'agit d'une technique qui permet d'identifier rapidement les (méchants) anglicismes. Elle est encore très répandue aujourd'hui.

Votre annonce ici
Vous n'aimez pas les publicités?
Les publicités automatisées nous aident payer nos journalistes, nos serveurs et notre équipe. Pour masquer les annonces automatisées, devenez membre aujourd'hui:
Devenez membre

L'avantage de cette technique, c'est que tout le monde peut devenir étymologiste en un tournemain. En voici les étapes :

1) Identifier une expression qui n'est pas présente dans le « français de France ». Ce n'est pas grave si le corpus de « français de France » dont on dispose n'est pas représentatif. Si on est capable de dire « je connais des Français et ils ne disent pas ça » ou « je suis déjà allé en France et je n'ai jamais entendu ça », c'est suffisant. Évidemment, l'expression doit être absente des ouvrages de référence, qui sont réputés pour leur exhaustivité.

2) Trouver une forme anglaise qui lui ressemble. Idéalement, cette forme anglaise devrait avoir la même structure, mais ce n'est pas obligatoire. Parfois, une simple ressemblance phonétique suffit (comme pour bonhomme Sept-Heures qui viendrait selon certains de bone setter). D'autres fois, la structure peut varier légèrement, comme centre d'achats, qui viendrait de shopping center, même si shopping ne veut pas dire « achats » mais bien quelque chose comme « achetage ».

3) Déclarer que la forme est un anglicisme, et monter aux barricades aussitôt que quelqu'un ose l'utiliser.

Le problème, c'est que c'est n'est pas comme ça que ça marche. Le travail d'étymologiste existe pour vrai, et il est autrement plus compliqué que cette recette. Trouver l'origine d'une expression exige des heures et des heures de recherche, de réflexion et d'analyse. Voici trois exemples.

L'hypothèse de la possible influence qu'aurait pu avoir un Anglais de passage sur la langue de toute une communauté est très peu probable, voire farfelue.

Le premier est celui de l'expression mouche à feu qui, encore aujourd'hui, est marquée comme étant un anglicisme. C'est vrai que mouche à feu n'est pas attesté dans les ouvrages de référence européens. Et c'est vrai que l'expression ressemble à firefly. Mais poussons un peu plus loin la réflexion. Les composés qui suivent la structure mouche à [+nom] sont fréquents au Québec, et ils ont été répertoriés dans plusieurs parlers de France. On aura donc des mouches à miel (cette forme est d'ailleurs aussi attestée en créole haïtien pour nommer une abeille), des mouches à chevreuil, on aura même des mouches à marde. Donc, mouche à feu suit une structure déjà existante en français québécois. Par ailleurs, il est très plausible que deux groupes d'êtres humains qui voient une mouche avec du feu dans le derrière décident de la nommer d'une manière similaire dans leur langue respective. Mais l'argument massue pour infirmer la thèse de l'anglicisme, c'est qu'on a trouvé la forme mouche à feu dans un texte qui date du régime français, donc, d'avant l'arrivée des Anglais au Canada. L'hypothèse de la possible influence qu'aurait pu avoir un Anglais de passage sur la langue de toute une communauté est très peu probable, voire farfelue. Les historiens de la langue sont des disciples d'Ockham.

Analysons maintenant ce qui est noté comme un anglicisme dans la Banque de dépannage linguistique du site de l'OQLF : demander une question. Ce serait un calque de to ask a question. Tout le monde sait qu'en français, on ne demande pas une question, on la pose. Mais cela veut-il vraiment dire que l'expression est un anglicisme? On demande un conseil, on demande un avis, on demande quelque chose, bref, on demande beaucoup! La forme poser une question est en fait une exception à l'intérieur du système. Et elle ne vient pas naturellement, il faut l'apprendre. C'est d'ailleurs une chose qu'on doit enseigner aux enfants, avec les si qui mangent les -rait et le pluriel en -aux des mots en -al. Je doute que tous ces enfants aient été à ce point en contact avec l'anglais pour avoir été influencés de la sorte! Ma fille ne l'a pas été, en tout cas! La seule ressemblance de demander une question avec la forme anglaise n'en fait pas pour autant un anglicisme. L'expression s'explique par la logique interne du système. Mais pour ce faire, je l'admets, il faut réfléchir à la logique interne du système.

Le troisième exemple dont je parlerai est un exemple d'anglicisme syntaxique. C'est en fait le premier exemple qu'on me sort lorsque je demande qu'on m'illustre l'influence de l'anglais sur la syntaxe au Québec : la fille que je suis avec. Cette phrase serait donc un calque de the girl that I'm with. J'ai moi-même cru pendant longtemps qu'il s'agissait bel et bien d'un cas d'anglicisme syntaxique. Mais un jour, je me suis adonnée à réécouter du vieux Renaud, et un extrait de la chanson Ma gonzesse a attiré mon attention :

Ma gonzesse, celle que j'suis avec Ma princesse, celle que j'suis son mec

Tiens donc! Que je sache, Renaud n'est pas vraiment reconnu pour avoir été influencé par l'anglais au point où sa syntaxe en serait atteinte, non? J'ai donc poussé un peu plus loin les recherches, et j'ai découvert que cette structure, appelée une réduction de flexion du pronom relatif, était en fait attestée en français populaire, ce français des classes trop humbles pour qu'il mérite d'être colligé dans les ouvrages de référence. Il est très difficile à étudier, car on n'en possède presque pas de traces écrites. À l'époque ancienne, les gens qui parlaient ce français n'écrivaient pas beaucoup (et l'histoire de la langue, surtout pour les dates plus anciennes, se base évidemment presque exclusivement sur les sources écrites). Mais le Québec est reconnu par les spécialistes comme étant un bassin intéressant pour en faire l'étude. Le français populaire est en effet un axe important de la théorie qui explique l'origine du français québécois. La présence ici de l'expression la fille que je suis avec serait donc un phénomène notable pour un spécialiste du français populaire.

Je tiens à faire remarquer quelque chose avant que mes détracteurs ne détractent. Je n'ai pas dit que les expressions demander une question et la fille que je suis avec étaient « correctes ». Elles ne le sont pas dans un contexte qui appelle le registre soigné. Et si mes étudiants les écrivent dans leur rédaction, ils perdront des points, je vous l'assure! Ce que j'ai dit, c'est que ces expressions ne sont pas des anglicismes. Le français québécois est certes influencé par l'anglais, mais il est beaucoup plus riche et beaucoup plus complexe que ce que certains semblent affirmer. Et les expressions qui diffèrent de ce qui est attesté dans les ouvrages de référence ne sont pas systématiquement dues à l'anglais, qu'elles ressemblent ou non à des expressions anglaises.

Le français québécois est certes influencé par l'anglais, mais il est beaucoup plus riche et beaucoup plus complexe que ce que certains semblent affirmer.

Le métier d'historien de la langue est un métier un peu frustrant, car on doit travailler avec des matériaux incomplets. On doit même parfois avoir assez d'humilité pour avouer qu'on ne sait pas certaines choses (par exemple, jusqu'à maintenant, on ignore d'où vient le mot gauche et pourquoi il a remplacé sénestre au XVIIe siècle). Mais ce qui est encore plus frustrant, c'est de voir tous ces gens qui affirment hors de tout doute que telle expression vient de telle place, avec, évidemment, une explication facile. Croyez-moi, des explications faciles, en étymologie, il y en a bien peu. Et ça, il faut apprendre à faire avec.

Poursuivez votre lecture...
PODCAST
Fil Rouge - Épisode 1
16 avril 2018
Environnement
La lutte contre le glyphosate s’intensifie au Nouveau-Brunswick
Anne-Marie Provost
16 avril 2018
Élections provinciales 2018
Les défis de Vincent Marissal
Xavier Camus
4 avril 2018